Aujourd'hui à Paris
04:30 : Mise des Téfilines
05:58 : Lever du soleil
13:56 : Heure de milieu du jour
21:53 : Coucher du soleil
22:53 : Tombée de la nuit

Paracha Pin'has
Vendredi 10 Juillet 2020 à 21:35
Sortie du Chabbath à 22:56
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box

Donner 2 prénoms à un bébé

Rédigé le Dimanche 15 Mai 2016
La question de Orly F.

Chalom Rav,

Tout d'abord, je tiens à vous remercier pour tout ce que vous faites.

Aussi, actuellement j'attends un garçon, et mon mari souhaite que l'on appelle en deuxième prénom le nom de son père qui n'est pas décédé.

Or, j'ai entendu dire par certaines personnes qu'il n'est pas bon de nommer l'enfant de plusieurs prénoms car cela lui enlève du Mazal, et qu'il n'est pas bon non plus de nommer le prénom de son père lorsque celui-ci est vivant.

De plus, mon mari a rêvé que son père était décédé (alors qu'il est en excellente santé Baroukh Hachem).

Pour ne pas l'affoler, je lui ai dit que cela signifie que son père va avoir une très longue vie.

A présent, mon mari souhaite appeler notre premier enfant par le prénom hébraïque de son père.

Est-ce conseillé ou non d'appeler notre enfant avec un deuxième prénom, et si oui, avec celui du grand-père de son vivant ?

Je vous remercie de vos réponses d'avance, qui vont énormément nous éclairer.

Que D.ieu vous bénisse.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
21001 réponses

Bonjour,

Je reprends vos questions afin d'y répondre le plus précisément possible.

Vous écrivez : "Aussi, actuellement j'attends un garçon, et mon mari souhaite que l'on appelle en deuxième prénom le nom de son père qui n'est pas décédé.

Or, j'ai entendu dire par certaines personnes qu'il n'est pas bon de nommer l'enfant de plusieurs prénoms car cela lui enlève du Mazal"

Réponse : ce que vous avez entendu a été dit lorsque l'enfant porte deux prénoms et qu'un seul d'entre eux est utilisé.

De nos jours, il est habituel de donner deux prénoms, et cela ne constitue aucunement une mauvaise manière de faire. Voir Iguerot Moché, volume 5, Ora'h 'Haïm, question 10 et Michné Halakhot, volume 5, question 215.

Bien au contraire, certains de nos maîtres affirment que le fait de donner deux prénoms à un enfant est un moyen de renforcer son Mazal afin qu'il puisse être en bonne santé et qu'il vive longtemps, s'il marche sur le chemin de la Torah et des Mitsvot. Voir Pélé Yoéts, lettre "Chine", passage "Chème Tov" et Véyikaré Chémo Béisraël, chapitre 7, passage 3 et 4.

Vous écrivez ensuite : "et qu'il n'est pas bon non plus de nommer le prénom de son père lorsque celui-ci est vivant."

Réponse : Si votre mari souhaite donner le prénom de son papa qui n'est pas encore décédé et que cela ne dérange pas le grand-père, cela est absolument permis. C'est ainsi que l'on agit dans de très nombreuses communautés à travers le monde entier.

Si le papa de votre mari s'y oppose, cela peut constituer un problème, contactez-moi de nouveau.

Vous écrivez : "De plus, mon mari a rêvé que son père était décédé (alors qu'il est en excellente santé Baroukh Hachem). Pour ne pas l'affoler, je lui ai dit que cela signifie que son père va avoir une très longue vie.

Réponse : vous avez agi intelligemment et comme une femme vertueuse.

Vous écrivez : "A présent, mon mari souhaite appeler notre premier enfant par le prénom hébraïque de son père. Est-ce conseillé ou non d'appeler notre enfant avec un deuxième prénom, et si oui, avec celui du grand-père de son vivant ?"

Réponse : Si votre mari souhaite donner le prénom de son papa qui n'est pas encore décédé et que cela ne le dérange pas, cela est absolument permis. C'est ainsi que l'on agit dans de très nombreuses communautés à travers le monde entier.

De nos jours, il est habituel de donner deux prénoms et cela ne constitue aucunement une mauvaise manière de faire. Voir Iguerot Moché, volume 5, Ora'h 'Haïm, question 10 et Michné Halakhot, volume 5, question 215.

Bien au contraire, certains de nos maîtres affirment que le fait de donner deux prénoms à un enfant est un moyen de renforcer son Mazal afin qu'il puisse être en bonne santé et qu'il vive longtemps, s'il marche sur le chemin de la Torah et des Mitsvot. Voir Pélé Yoéts, lettre "Chine", passage "Chème Tov" et Véyikaré Chémo Béisraël, chapitre 7, passage 3 et 4.

Si le papa de votre mari s'y oppose, cela peut constituer un problème, contactez-moi de nouveau.

N'oubliez surtout pas que le Chalom (paix) est la plus grande des bénédictions pour vous, votre mari et l'enfant.

Vous attendez un garçon.

Sachez qu'il entend toutes vos discussions.

Après sa naissance, Bé’ézrat Hachem, il risque de vous reprocher de l'avoir dérangé durant ces mois de gestation où il étudie la Torah avec les anges...

Je vous ai dit ce que pensent nos maîtres au sujet de vos questions, vous n'avez rien à craindre.

Contactez-moi de nouveau, en cas de besoin.

Qu'Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN