Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Ashburn
06:22 : Mise des Téfilines
07:17 : Lever du soleil
12:24 : Heure de milieu du jour
17:30 : Coucher du soleil
18:10 : Tombée de la nuit

Paracha Bechala'h
Vendredi 3 Février 2023 à 17:15
Sortie du Chabbath à 18:16

Hiloulot du jour
Rav Chalom Charabi
Rav Ra'hamim 'Haï 'Hawita Hacohen
Rav Yossef Itshak Schneerson
Afficher le calendrier

Donner la Tsédaka endetté

Rédigé le Lundi 15 Décembre 2014
La question de Gabriele G.

Bonjour Monsieur le Rabbin,

Est-on obligé de donner à la Tsédaka quand l'occasion se présente, lorsque nous sommes endettés de beaucoup ? Pour 'Hanouka ? Et pour Pessa'h ?

Merci et Kol Touv.

La réponse de Rav Ichaï ASSAYAG
Rav Ichaï ASSAYAG
320 réponses

Bonjour,

Il faut savoir que même une personne qui reçoit de la Tsédaka est obligée de donner une partie de l'argent recu - par la Tsédaka - à la Tsédaka.

L'idée de la Tsédaka n'est pas seulement d'aider les personnes dans le besoin, elle vient aussi habituer tout homme à se soucier des autres. En fait, quand on donne de la Tsédaka, on n'a pas seulement fait un don, on a aussi acquis quelque chose : le donnateur se transforme en personne un peu moins égoïste, un peu plus bienfaisante. Ce trait de caractère est un besoin pour tous, même pour des gens dans le besoin.

Cependant, il est évident qu'on ne peut inciter les gens à donner, en sachant qu'eux-mêmes deviendraient nécessiteux. La somme minimale annuelle à donner à la Tsédaka est d'à peu près six euros; vous comprenez que ca n'est pas cette somme qui va vous appauvrir.

Au-delà de cette somme, il n'y a aucune obligation de donner la Tsédaka. Il est quand même très important de ne jamais renvoyer un nécessiteux sans rien lui donner, même si en fin de compte on ne lui donnnera que quelques centimes (Choul'han Aroukh Yoré Déa 249 1-2, Ahavat 'Hessed 17-18).

Si on a la possibilité, il faut donner le Ma'asser, c'est-à-dire un dixième de ses revenus net.

Se considérer dans l'impossibilité de donner le Ma'asser demande une étude approfondie de ses dépenses, et une droiture d'âme qui permettra d'évaluer si celles-ci sont vraiment considérées comme ''besoin minimum''. Par exemple : une voiture peut être vitale, mais est-ce que j'aurai le droit de m'acheter une Mercedes et de ne plus pouvoir donner la Tsédaka ?!

En clair, le fait d'etre endetté peut être une raison suffisante pour ne pas donner le Ma'asser, à condition de ne pas s'être endetté pour des futilités.

De toutes les manières, qu'Hachem vous accorde Sa Brakha et vous aide à sortir rapidement de vos dettes, de sorte que votre prochaine question sera plutôt : est-ce qu'il y a un plafond à ne pas depasser quand on donne le Tsédaka ?

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Ichaï ASSAYAG