Aujourd'hui à Paris
06:30 : Mise des Téfilines
07:33 : Lever du soleil
12:34 : Heure de milieu du jour
17:34 : Coucher du soleil
18:20 : Tombée de la nuit

Paracha Lekh Lékha
Vendredi 30 Octobre 2020 à 17:14
Sortie du Chabbath à 18:20

Hiloulot du jour
Ra'hel Iménou (Notre Matriarche Rachel)
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box

Elle n'a jamais fait Chabbath après sa conversion, est-elle juive ?

Rédigé le Mercredi 6 Septembre 2017
La question de Hillel C.

Bonjour Rav,

Je suis un garçon issu d'une famille religieuse de Paris.

Je sors depuis quelque temps avec une fille dont la mère a été converti dans les années 80 en France au Consistoire (Conversion 100% avec le Beth Din etc.).

Le souci c'est que la mère ne fait pas Chabbath, ni ne mange Cachère.

Je me demande donc si la conversion est valable sachant qu'elle n'a jamais fait Chabbat de sa vie (chose qu'elle m'a dit de ses propres mots).

Dans l'attente de votre réponse.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
22679 réponses

Bonjour,

Si la maman de la fille que vous rencontrez en vue d’un mariage avoue explicitement ne jamais avoir respecté le Chabbath, il n’est pas possible de la considérer comme étant juive. Donc, sa fille ne l’est pas, également.

N.B.

Si, au moment de la conversion, les membres du Beth-Din [tribunal rabbinique] étaient convaincus de la profonde sincérité du candidat à la conversion, mais qu’après une assez longue période [quelques années, par exemple], le converti se conduit - même partiellement - comme auparavant, sa conversion n’est pas remise en cause. Il reste juif mais il a le statut d’un juif Moumar : son vin est inapte à la consommation, il est interdit de consommer les aliments qu’il cuisine, s’il s’agit d’un homme, il ne peut pas compléter un Minyan, etc.

D’après certains décisionnaires, son statut doit faire l’objet d’une analyse sérieuse et approfondie, et, dans certains cas, la conversion est annulée.

Si l’on réussit à prouver [c.q.f.d.] que sa sincérité - à l’époque de la conversion - n’était ni absolue ni tranchante, son statut de converti est annulé. Apparemment, la maman de la fille que vous fréquentez en est un exemple parlant et illustratif.

Voir :

Choul'han ‘Aroukh - Yoré Déa, chapitre 268, Halakha 12,

‘Aroukh Hachoul’han, chapitre 268, Halakha 8,

Michnat Haguère, chapitre 15, Halakha 1, note 1.

Je suis à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN