c Question au Rav : Faire les Bessamim sur un fruit comestible, permis ?

Faire les "Bessamim" sur un fruit comestible, permis ?

Rédigé le Jeudi 14 Mai 2020
La question de Eyrol R.

Bonjour Rav,

Lors de la Havdala, peut-on faire la Brakha de l'odeur sur une orange ou un fruit qui va, au final, être consommé ?

J'ai cru comprendre qu'on ne fait la Brakha de l'odeur de la Havdala que sur un support qui sert exclusivement à faire sentir une bonne odeur, et pas quelque chose qui a une vocation alimentaire.

Merci par avance.

La réponse de Rav David COHEN
Rav David COHEN
204 réponses

Bonjour,

1. Si l’on prend le fruit uniquement pour sentir son odeur, on récitera la Brakha "Hanotène Réa’h Tov Bapérot", même si ce dernier a été acheté pour être consommé (Choul'han 'Aroukh 216,2, Biour Halakha 216,2, Rav Péalim Ora'h 'Haïm partie 2, Siman 35, Rav Elyashiv et Rav Auerbach rapportés dans Vézot Habrakha chapitre 19, pages 173 et 177, à l’encontre du 'Hazon Ich Ora'h 'Haïm Siman 35,1 Ote 6 et 7 et du Or Letsion partie 2, chapitre 46,56 et 14,38 dans la note).

2. Si l’on prend le fruit uniquement pour le consommer et qu’au passage, ce dernier dégage une bonne odeur, on ne récitera pas de bénédiction sur cette odeur (Choul'han 'Aroukh 216,2).

3. Cependant, dans le cas où l’on prend le fruit pour le consommer ET pour tirer profit de son odeur, il existe deux avis retenus :

- Selon la plupart des Richonim, on récitera aussi la bénédiction sur l’odeur du fruit ; tel est l’avis du Choul'han 'Aroukh (216,2), et c’est ainsi qu’il faut procéder selon le Birkat Hachem (partie 3, chapitre 12,6) et le Yabi'a Omer (partie 10 Ora'h 'Haïm Siman 55 sur les notes du Rav Péalim partie 2, Ote 15).

Dans ce cas là, on commencera par la bénédiction du parfum, puis celle sur la consommation (Michna Beroura 216,10, Kaf Ha'haïm 216,28, Halakha Beroura 216,16).

- Selon d’autres avis, on fera la bénédiction uniquement sur la consommation de l’aliment (Ben Ich 'Haï Vaét’hanan Ote 15, qui craint l’avis du Chita Mékoubétsèt et du Gra, et ainsi rapportait le Yabi'a Omer partie 11 Ora'h 'Haïm Siman 17,3, qui semble toutefois être revenu par la suite sur cette décision, voir plus haut).

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav David COHEN