Aujourd'hui à Paris
07:07 : Mise des Téfilines
08:15 : Lever du soleil
12:38 : Heure de milieu du jour
17:00 : Coucher du soleil
17:50 : Tombée de la nuit

Paracha Vayétsé
Vendredi 27 Novembre 2020 à 16:40
Sortie du Chabbath à 17:51
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box

Faire une bénédiction sur la partie gratinée d'un gratin

Rédigé le Samedi 24 Octobre 2020
La question de Anonyme

Bonjour,

Si on a dit la Brakha de "Haadama" sur un gratin de pommes de terre, mais qu'on veut ensuite manger le haut (c'est-à-dire le fromage) sans les pommes de terre, doit-on ou pas dire la Brakha de Chéhakol ?

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
23073 réponses

Bonjour,

Lorsqu’un aliment est composé de deux parties, l’une essentielle [ici : les pommes de terre], et l’autre, « secondaire » [ici : le fromage], on récite, UNIQUEMENT, la Brakha de l’aliment essentiel [que l’on consommera seul ou accompagné du secondaire - au moment de la première consommation] et ensuite, il est possible de consommer la partie secondaire - seule - sans réciter de Brakha.

Si l’on consomme la partie secondaire en premier : ce sujet fait l’objet d’une grande discussion. Pour les Séfarades : on récite sa Brakha. Pour les Ashkénazes : c’est une chose à éviter, car, d’après certains décisionnaires, il faut réciter la Brakha Chéhakol.

Voir Michna Broura, chapitre 212, passage 10, Halakha Broura, volume 10, pages 581- 582, Pisské Techouvot, chapitre 212, passage 2, Klal 3.

Cette réponse concerne ceux qui ont l’intention de consommer les pommes de terre en même temps que la surface supérieure - la croûte dorée, et PARFOIS, les deux parties séparément.

Cependant, ceux qui voient dans un gratin, DEUX aliments « distincts » [cas assez rare] et qui les consomment séparément, devront réciter deux Brakhot différentes : Haadama et Chéhakol.

Voir Pisské Techouvot, chapitre 212, passage 2, Klal 3.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN