Logo Torah-Box

Fêter Tou Bichvat, obligatoire ?

Rédigé le Dimanche 31 Janvier 2021
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

Y a-t-il une obligation halakhique à fêter Tou Bichvat ?

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
38791 réponses

Bonjour,

1. Le jour de Tou Bichvat, l'organisation d'une cérémonie durant laquelle on consomme des fruits n'est pas une obligation. C'est une coutume qui a vu le jour il y a quelques centaines d'années, mais qui s'est largement répandue à traves le monde. Voir Maguène Avraham, passage 16 sur Choul'han 'Aroukh, chapitre 131, Kaf Ha'haïm, chapitre 131, passage 97, Michna Broura, passage 31, Pisské Techouvot, chapitre 685, passage 13.

2. On a retrouvé la mention de cette coutume dans un livre de prière édité en 5317, à l'époque de Rabbi Yossef Karo [5248-5335] et du Ari zal [env. 5294-5332].

3. C'est une Mitsva de goûter à tous les fruits ayant été créés par Hachem afin de pouvoir reconnaître Sa grandeur et Sa sagesse. Voir Michna Broura, chapitre 225, passage 7 au nom du Talmud Yérouchalmi.

4. Le jour de Tou Bichvat, il est vivement conseillé de prier pour mériter d'obtenir un bel Etrog, lorsque la fête de Souccot arrivera. Voir Lachone 'Hakhamim [Ben Ich 'Haï], volume 1, chapitre 38.

5. Tou Bichvat est la date à partir de laquelle les arbres se réveillent et reprennent vie pour la nouvelle récolte. Il convient donc de prouver à Hachem que nous Lui sommes reconnaissants afin de mériter de beaux fruits en abondance. Voir Rachi sur Béréchit, chapitre 2, verset 5.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Pirké Avot : les Actions des Pères

Pirké Avot : les Actions des Pères

Livre-référence de 485 pages sur les Maximes des pères", l'ouvrage dédié à la morale et l'éthique juive. Texte en hébreu, traduction en français, commentaires et biographies de chacun des auteurs de ces perles de sagesse."

acheter ce livre télécharger sur iTunes

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN