Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
04:19 : Mise des Téfilines
05:49 : Lever du soleil
13:54 : Heure de milieu du jour
21:58 : Coucher du soleil
22:59 : Tombée de la nuit

Paracha Kora'h
Vendredi 1er Juillet 2022 à 21:39
Sortie du Chabbath à 23:03
Afficher le calendrier
Vidéo Importante
Torah-Box & vous
Mardi 28 Juin 2022

Frapper une personne ayant insulté mes parents

Rédigé le Dimanche 15 Mai 2022
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

Est-ce qu’il y a un Héter de lever la main sur un juif au cas où celui-ci insulte notre père et notre mère ?

Est-ce que ne pas le faire est considéré comme un manque de respect envers nos parents ?

En l’occurrence j’étais confronté à ce cas : il a tout d’abord insulté mon père ; ensuite, je l’ai repris en lui disant : "tu as insulté mon père ?" Puis il m’a répondu : "non seulement j’insulte ton père, mais aussi ta mère."

Sur ces entrefaites, je lui ai mis une claque.

Est-ce que mon acte est Assour ?

J’ai essayé de trouver une réponse chez les Poskim, mais je ne suis pas sorti clair sur ce sujet.

Merci de m’éclairer.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
31003 réponses

Bonjour,

1. Il est strictement interdit de lever la main sur son prochain sauf si c'est dans l'intention de le bénir. Rambam, Hilkhot 'Hovel Oumazik, chapitre 5, Halakha 2, Choul'han 'Aroukh - 'Hochen Michpat, chapitre 420, Halakha 1.

2. Cette interdiction reste en vigueur même si l'on pense que l'autre mérite d'être puni.

3. Au pire des cas, vous pouvez réprimander le fauteur en le grondant comme un tonnerre [sans lui faire honte] mais la punition reste du ressort des tribunaux rabbiniques. Piquer au vif son prochain n'est pas permis même si c'est dans l'intention de lui rendre la monnaie de sa pièce.

4. Je comprends parfaitement que vous avez été touché au plus profond de votre âme. Mais il faut savoir que lorsque l'on entend des propos rabaissant, il est conseillé, dans la plupart des cas, de garder le silence. Nos Sages, les 'Hakhamim, affirment que cela est grandement bénéfique. Une prière formulée à ce moment, a de très grandes chances d'être exaucée. Talmud Chabbath 88b, Yoma 23a, Guittin 36b, 'Houlin 89a.

5. Lorsque l'on porte une accusation à tort contre un proche, dans certains cas, il n'est pas interdit de le défendre - avec finesse et sagesse - car le silence laisserait entendre que l'accusation n'est pas mensongère.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Questions au Rav Dayan (tome 5)

Questions au Rav Dayan (tome 5)

L’équipe Torah-Box est fière de vous présenter le tome 5 de la série “Questions au Rav Dayan”, composé de 313 questions reçues par des Juifs à travers le monde sur le site Torah-Box depuis l’année 2014 à partir de laquelle Rav Gabriel Dayan a commencé à y répondre avec une précision rare et une persévérance de tous les instants.

acheter ce livre

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN