Logo Torah-Box

Fruit nouveau VS fruit des espèces d'Israël

Rédigé le Mercredi 20 Juillet 2022
La question de Anonyme

Kvod Harav,

Pour un Ashkénaze qui veut manger un fruit des espèces d'Israël et un fruit nouveau nécessitant "Chéhé'héyanou", sur quel fruit faut-il commencer ?

Faut-il réciter "Chéhé'héyanou" avant ou après "Ha'èts" ?

Merci beaucoup Rav.

La réponse de Rav David COHEN
Rav David COHEN
254 réponses

Bonjour,

On commencera en premier lieu par le fruit par lequel Erets Israël a été louangé, puis on consommera le nouveau fruit (qui n’est pas une des 7 espèces) sur lequel on désire réciter Chéhé’héyanou, que ce soit pour un Séfarade ou un Ashkénaze (Choul’han Aroukh Siman 211,1).

La coutume Séfarade est de réciter en premier lieu la bénédiction sur l’aliment puis de réciter Chéhé'héyanou et ensuite sans s’interrompre de le consommer (Kaf Ha’haïm 225,24 et 'Hazon Ovadia page 439), tandis que la coutume chez l’ensemble des Ashkénazes est de débuter par Chéhé'héyanou, puis de réciter la bénédiction appropriée sur l’aliment (Michna Beroura 225,11).

Kol Touv.

Habayit Hayéhoudi : l'échange ou l'art du partage

Habayit Hayéhoudi : l'échange ou l'art du partage

Ouvrage de référence sur le Chalom Bayit approuvé par le Rav Chlomo Wolbe. Traduit en plusieurs langues, il a permis à des milliers de personnes de connaître le bonheur conjugal.

acheter ce livre télécharger sur iTunes

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav David COHEN