Logo Torah-Box

Gomel après une grippe

Rédigé le Mardi 16 Mai 2017
La question de Moshé P.

Bonjour Rav,

Dans les lois de Gomel, il est dit que celui qui a été malade est qui a guéri doit faire le Gomel.

Une personne ayant la grippe, sachant que si on ne la traite pas, on peut avoir un staphylocoque et 'Hass Véchalom mourir, doit-elle faire le Gomel si elle prend des médicaments ?

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
38815 réponses

Bonjour,

Selon les décisionnaires Séfarades

Selon les décisionnaires Séfarades, il est possible de réciter le Gomel après une vilaine grippe, car il suffit d’avoir subi une maladie ayant obligé le malade d’être alité - même si ce n’est pas durant trois jours. Selon le Ben Ich ‘Haï, la durée de trois jours est indispensable. Ben Ich ‘Haï, année 1, Parachat Ekev, Halakha 7.

Voir Yalkout Yossef, chapitre 219, Halakha 27, Torat ‘Haïm [Rav Nissim Sasson], chapitre 2, Halakha 34, Rav Brakhot [Rav Its’hak Benchouchan], chapitre 34, Halakha 8 [dans certaines éditions : Halakha 7], Vézot Habrakha [édition 5769], page 158, Halakha Broura, volume 11, page 211, Habayit Hayehoudi, volume 1, chapitre 20, Halakha 6, Dvar Halakha, pages 313-314, Halakha 17, Kaf Ha’haïm, chapitre 219, passages 44, 46, Tov Léhodot [Rav Chlomo Man], chapitres 10-11, Or Létsion, volume 2, chapitre 14, Halakha 44.

Selon les décisionnaires Ashkénazes

Selon les décisionnaires Ashkénazes, on ne récite le Gomel que lorsqu’il s’agit d’une maladie qui met vraiment la vie en danger.

Voir Pisské Techouvot, chapitre 219, passage 20, Tov Léhodot [Rav Chlomo Man], chapitres 10-11, Vézot Habrakha [édition 5769], page 158, Dvar Halakha, pages 313-314, Halakha 17.

De nos jours, il est assez rare de voir des personnes qui récitent le Gomel suite à une grippe.

Cha'aré Habrakha, pages 485-486, note 7.

Je suis à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Tsniout : un Look Nouvelle tendance

Tsniout : un Look Nouvelle tendance

Dans notre société où la femme est mise en avant pour son apparence, la Tsniout peut sembler rétrograde. Pourtant, contrairement aux idées reçues, la femme juive se doit d'être belle. A une réserve près : être belle ne se réduit pas à l'apparence.

acheter ce livre

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN