Interdit de manger la nourriture préparée pour Chabbath ?!

Rédigé le Jeudi 4 Juin 2020
La question de Isabel D.

Chalom Rav,

J'ai entendu que nous ne devons pas manger la nourriture qu'on avait préparé pour Chabbath dans la semaine, car nous l'avons fait spécifiquement pour Chabbath.

D'habitude, je prépare beaucoup à manger, même si je suis seule, afin d'honorer Chabbath. Après, cela me fait de la peine de jeter les 'Hallot ou de la nourriture dans la poubelle.

Qu'est-ce que je dois faire, vu que c'est interdit ?

Merci de votre réponse.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
28219 réponses

Bonjour,

Tous les plats qui vous restent après Chabbath sont absolument permis. Il est strictement interdit de les jeter !

Même avant Chabbath, il vous est permis d’en consommer si vous laissez de côté ce qui est nécessaire pour le Chabbath.

Voir Kaf Ha’haïm, chapitre 242, passage 18 [sujet semblable], Choul'han ‘Aroukh Harav, chapitre 242, Halakha 8.

La « sainteté », s’il y en a, investit, uniquement, ce qui est vraiment nécessaire pour Chabbath et non ce que vous cuisinez en plus. Et ceci, avant Chabbath, mais pour ce qui reste, il n’y a pas lieu de se poser une question.

Il n’y a aucun doute à ce sujet.

Explications :

Dans le Talmud, Bétsa 16a, nos Sages, les ‘Hakhamim disent que Chamay Hazakène mangeait constamment en l’honneur de Chabbath !

S’il trouvait un bon aliment, il l’achetait pour Chabbath. Le lendemain, s’il trouvait un meilleur aliment, il consommait celui de la veille et conservait l’aliment nouvellement acheté et ainsi de suite.

On voit, donc, que l’aliment de la veille n’était pas investi d’une quelconque sainteté.

Rabbi Yéhouda Arié Leïb Alter, l’auteur du Sfat Emet [sur le Talmud, Bétsa 16] pense que Chamay n’avait pas le droit de consommer la bête de la veille sans en avoir trouvé une meilleure.

Même si l’on veut adopter son opinion [ce qui n’est pas le cas dans nos contrées], cela concerne, uniquement, la quantité nécessaire pour Chabbath et non ce qui est préparé, volontairement, en plus.

Voir Pisské Techouvot, nouvelle édition, 5771, chapitre 242, fin du passage 9.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN