Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
05:27 : Mise des Téfilines
06:39 : Lever du soleil
13:56 : Heure de milieu du jour
21:11 : Coucher du soleil
22:02 : Tombée de la nuit

Paracha Vaet'hanane
Vendredi 12 Août 2022 à 20:53
Sortie du Chabbath à 22:03

Hiloulot du jour
Rav Amram Ben Diwan
Afficher le calendrier

J'ai fait Min'ha après la Chki'a, faire 2 'Amida à 'Arvit ?

Rédigé le Mercredi 5 Janvier 2022
La question de David M.

Bonsoir Rav,

Si j’ai fait Min'ha 22 minutes après la Chki'a (coucher du soleil), faut-il que je fasse quand même deux 'Amida pour 'Arvit ?

La réponse de Rav Yona GHERTMAN
Rav Yona GHERTMAN
97 réponses

Chalom,

Selon les mots du Choul'han 'Aroukh et du Rama, il serait possible, du moins en cas de force majeure, de prier Min'ha après la Chki'a, et, ce, jusqu'à la nuit (Ora'h 'Haïm 233,1 se basant sur les mots employés dans la Michna Brakhot 26a, selon l'avis de Tana Kama "Téfilat Hamin'ha 'Ad Ha'érèv"). Néanmoins, les A'haronim considèrent qu'il ne s'agit pas vraiment de prier jusqu'à la nuit au sens propre, mais jusqu'à l'approche de la nuit, c'est-à-dire jusqu'au crépuscule (Michna Beroura 233, 8 et 14).

En pratique, on peut s'appuyer a posteriori sur l'opinion des décisionnaires permettant de prier jusqu'à treize minutes et demi après le coucher du soleil. Précisons que ce temps est valable en Erets Israël ; il représente le moment du crépuscule durant lequel le ciel ne s'est pas encore vraiment obscurci (cf. Yé'havé Da'at 5,22, Yabi'a Omer 7,34 ; cités dans le Pniné Halakha Hilkhot Téfila 24,4).

Or, en priant 22 minutes après la Chki'a, vous dépassez ce qui doit se faire, même a posteriori.

Dans un tel cas, et uniquement en cas de grande nécessité, le Biour Halakha (233,1) donne une directive concrète : avant de commencer la 'Amida, vous émettez explicitement une condition : "Si c'est encore le jour, que cette prière soit considérée comme Min'ha et que la Téfila faite après la sortie des étoiles soit considérée comme celle d'Arvit ; en revanche, si c'est maintenant la nuit, que la prière que je fais soit considérée comme celle d'Arvit, et que la seconde que je prierai après [la sortie des étoiles] soit considérée comme le rattrapage de la Téfila de Min'ha".

Ainsi, en conclusion :

1. Il faut faire son maximum pour ne pas se retrouver dans une telle situation,

2. Si l'on s'y trouve en cas de force majeure, on émettra la condition proposée par le Biour Halakha, mais on ne refera pas deux 'Amidote après la sortie des étoiles.

A votre disposition pour plus de précisions.

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Yona GHERTMAN