Logo Torah-Box

J'ai manqué la lecture de Parachat Zakhor...

Rédigé le Lundi 2 Mars 2015
La question de Mylene H.

Bonjour Rav,

J'étais malade Chabbath et n'ai pu écouter Parachat Zakhor.

Comment puis-je rattraper ?

Merci.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
38844 réponses

Bonjour,

Il est à noter que les femmes ne sont pas tenues d'écouter la Parachat Zakhor. Mais si elles font les efforts pour cela, c'est une action méritoire.

Qu'Hachem vous envoie une prompte guérison afin que vous puissiez accomplir toutes les Mitsvot dans la joie et la bonne humeur.

Vous avez deux solutions :

1. Attendre le Chabbat où l'on va lire la Parachat Ki Tétsé [au mois d'août. Mentionnez-le sur un calendrier ou sur votre agenda électronique]. Le dernier passage de cette Paracha est la Parachat Zakhor.

Avant la dernière montée ou au début de la lecture, vous devrez demander au 'Hazan [par le biais d'un homme que vous connaissez] de penser à vous rendre quitte de la Mitsva d'écouter cette Paracha et vous penserez également à vous acquitter de cette Mitsva en écoutant cette lecture. Voir Har Tsvi [responsa] Ora'h Haïm, volume 1, question 58.

2. Le jour de Pourim, lors de la prière de Cha'harit nous lisons dans le Sépher Torah la Parachat "Vayavo Amalek" se trouvant dans Parachat Béchala'h. Amalek est mentionné dans ce passage. D'après certains décisionnaires, en cas de force majeure, en écoutant ce passage on est acquitté de la Mitsva. Voir Baèr Hétev, chapitre 685, passage 2 et Pisské Tchouvot, chapitre 685, note 26.

En ce qui concerne la première solution, il y a unanimité d'opinion.

Je vous conseille, cependant, d'adopter les deux solutions car il y a risque d'oubli, si vous attendez la Parachat Ki Tétsé au mois d'août.

Qu'Hachem vous protège et vous bénisse.

Mékorot / Sources : Har Tsvi, Baèr Hétév, Pisské Techouvot.
Tsniout : un Look Nouvelle tendance

Tsniout : un Look Nouvelle tendance

Dans notre société où la femme est mise en avant pour son apparence, la Tsniout peut sembler rétrograde. Pourtant, contrairement aux idées reçues, la femme juive se doit d'être belle. A une réserve près : être belle ne se réduit pas à l'apparence.

acheter ce livre

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN