Aujourd'hui à Paris
06:42 : Mise des Téfilines
07:43 : Lever du soleil
13:04 : Heure de milieu du jour
18:25 : Coucher du soleil
19:10 : Tombée de la nuit

Paracha Terouma
Vendredi 28 Février 2020 à 18:13
Sortie du Chabbath à 19:21


Hiloulot du jour
Rav Nathan Tsvi Finkel (Saba De Slabodka)
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

Je ne me remets pas du décès de ma femme !

Rédigé le Mardi 27 Août 2019
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

Mon épouse est décédé depuis 6 semaines.

Je ne supporte pas son absence, je pleure sans cesse dès que l'on me parle d'elle, et son absence m'est insupportable.

Je ne dors plus, la tristesse m'envahit dès que je me souviens de nos années de bonheur et d'amour.

Je sais qu'il faut du temps, mais je n'y arrive pas...

La réponse de Rav Yossef 'Haïm BENHAMOU
Rav Yossef 'Haïm BENHAMOU
264 réponses

Chalom Ouvrakha,

Je m’associe à votre peine et je comprends votre terrible situation tout en étant bien conscient du fait que personne dans votre entourage ne mesure l’ampleur de votre tristesse.

Vous trouverez ci-dessous deux éléments susceptibles de vous accompagner dans votre épreuve :

1. Il m’est arrivé d’être à l’enterrement d’un jeune garçon de 12 ans et je ne savais pas par quoi commencer pour consoler le père. En fait, c’est lui qui me consola en me disant : "Si D.ieu m’avait demandé si je voulais un fils ne serait-ce que pour 12 ans, j’aurais quand même accepté immédiatement".

Ainsi, il avait compris que D.ieu ne devait pas lui donner un fils, mais lui en prêter un pour en profiter pendant 12 ans. Lorsqu’on voit les choses sous cet angle, on comprend ce que Job a dit : "D.ieu a donné et D.ieu a repris".

2. La deuxième idée est celle du 'Hafets 'Haïm qui dit que chaque notion doit se transformer en acte, elle ne doit pas rester en intellectuelle. Ainsi, la seule manière de se consoler est de faire quelque chose pour son âme.

Elle vit encore, mais différemment, uniquement avec son âme.

Ainsi, en faisant des Sé'oudot (repas), des cours, des éditions de livres de Torah pour son âme, des cérémonies publiques pour sa mémoire, on se console de la perte d’un être cher, grâce a la matérialisation de la prise de conscience. Ces actes font vivre son âme en vous et votre cœur sera, je l’espère, réconforté.

J’imagine bien que ce ne sont pas quelques lignes qui vont vous réconforter, mais c’est peut-être une direction et un espoir pour la suite.

Que D.ieu vous aide.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Yossef 'Haïm BENHAMOU
Projet dédié par un généreux donateur