Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
04:45 : Mise des Téfilines
06:05 : Lever du soleil
13:47 : Heure de milieu du jour
21:29 : Coucher du soleil
22:25 : Tombée de la nuit

Paracha Béhar
Vendredi 20 Mai 2022 à 21:14
Sortie du Chabbath à 22:34
Afficher le calendrier

La responsabilité des Tsadikim sur leurs fautes

Rédigé le Samedi 19 Mars 2016
La question de Avner N.

Bonjour Messieurs les Rabbanim,

Je me pose une question sur la responsabilité des Tsadikim sur leurs fautes.

Yossef prit deux ans de prison supplémentaires pour n'avoir pas fait confiance en Hachem, en demandant au maître-échanson de parler de lui à Pharaon.

D'un autre côté, on nous dit de ne pas compter sur un miracle !

Comment Yossef aurait-t-il pu évaluer la part de Bita'hon (confiance en Hachem) et la part de Hichtadlout (effort personnel) qu'il aurait dû effectuer ? Peut-on véritablement lui reprocher son acte ?

Une question similaire se retrouve avec Moché Rabbénou.

Le Midrach précise que lorsque Moché voila sa face pour ne pas contempler la Chékhina (présence Divine), il accomplit le Tikoun de Hévèl qui avait regardé la présence Divine. C'est ainsi qu'il mérita d'avoir sa face resplendissante.

Mais le Midrach poursuit et affirme que, lorsque Moché demanda à Hachem de connaître l'essence et la profondeur de Ses voies, l'Éternel lui répondit : "Tu t'es voilé le visage pour ne pas contempler Ma face, et tu souhaites à présent connaître Mes voies ? Nul ne peut Me voir (c'est-à-dire comprendre véritablement Ma volonté) et vivre".

On fait l'éloge de Moché pour ne pas avoir regardé Hachem, et d'un autre côté Hakadoch Baroukh Hou lui reproche cela ?

Comment expliquer ces difficultés ?

La réponse de Rav Avraham GARCIA
Rav Avraham GARCIA
6680 réponses

Chalom Ouvrakha,

Concernant votre première question :

Le verset dans Téhilim (40, 5) écrit : "Heureux soit celui qui a mis sa confiance en D.ieu." Nos Sages nous enseignent dans le Midrach Rabba Parachat Mikets (9, 2) qu'il s'agit de Yossef.

Le verset continue et dit : "qui ne s'est pas penché vers les égyptiens". Nos Sages expliquent aussi la suite de ce verset, et disent qu'il s'agit de Yossef qui s'est tourné vers le responsable des boissons en lui disant "tu te rappelleras de moi et tu feras mention de mon nom". Cette "erreur" lui aura coûté deux ans de prison...

Or, la question qui se pose c'est que ce Midrach semble être paradoxal, puisqu'au début nous faisons l'éloge de la confiance de Yossef pour ensuite, dans la seconde phrase du verset, accuser Yossef d'avoir fait un effort apparemment légitime pour s'en sortir ?

Le Beth Halévi (Parachat Mikets) explique que la Hichtadlout (effort personnel) dépend du niveau de Bita'hon (confiance en D.ieu) de chacun; plus la personne a un haut niveau de Emouna et de Bita'hon, moins elle devra faire de Hichtadlout, et moins la personne n'a de Emouna et de Bita'hon, plus elle devra faire de Hichtadlout !

A son niveau, Yossef avait tellement confiance en Hachem que, même ce semblant de petite Hichtadlout n'avait pas lieu d'être, et il en a été puni. Voilà l'explication du début et de la fin de ce même verset, et il n'y a plus de contradiction.

Cette idée répond à votre question : effectivement, à son niveau, Yossef n'avait pas le droit de faire une telle Hichtadlout.

De plus, nous rajoute le 'Hazon Ich (Emouna Oubita'hon chapitre 2, 6) qui s'est posé la même question, il y a des efforts qui ne font que témoigner du désarroi de la victime, qui, désemparée et désespérée, tente tout et n'importe quoi... On ne pouvait tellement pas faire confiance à cet égyptien que la demande de Yossef pouvait être perçue comme un acte de désarroi, et cela lui a été reproché.

Rappelons aussi que le Messilat Yécharim chap. 21 nous explique que, bien que nous ayons le devoir de fournir des efforts (Hichtadlout), nous devons toujours nous rappeler que c'est Hachem qui nous aide...

C'est pour cela que lorsqu'on me pose des questions qui concernent le Bita'hon, je questionne toujours au préalable la personne : êtes-vous capable d'accepter qu'Hachem ne vous aide pas ? Si la réponse est oui, vous pouvez avoir du Bita'hon, mais si la réponse est négative, je fais comprendre à la personne qu'elle n'est pas au niveau de son Bita'hon (voir Mikhtav Mééliyahou tome 1, page 187).

A présent, nous allons entamer la réponse à votre deuxième question.

La source de ce qui s'est passé avec Moché se trouve dans le traité de Brakhot 7a. Or, il y a deux avis, celui de Rabbi Méir qui nous dit effectivement qu'Hachem a sanctionné Moché pour avoir retourné sa face, et celui de Chmouel qui n'est pas d'accord et qui dit qu'au contraire Moché a été récompensé pour cette bonne action.

Il ne faut donc pas mêler ces deux avis paradoxalement opposés, et il n'y a donc pas de contradiction, mais une discussion à ce sujet (voir explication du Maharcha sur ce passage).

Aussi, dans le Midrach Rabba Chémot 3, 1 auquel vous faites certainement allusion, il s'agit de deux avis différents sur la question, celui de Rabbi Yéhochou'a ben Korha et celui de Rav Lévi.

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Avraham GARCIA