Le destin, ça existe ?

Rédigé le Samedi 16 Octobre 2021
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

Le destin existe-t-il selon le judaïsme ?

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
28220 réponses

Bonjour,

Apparemment, par destin vous faites allusion au déterminisme, le système philosophique où les évènements et l'histoire à venir d'un individu [par exemple], serait déjà "écrits" et "fixés" à l’avance par D.ieu et ne pourrait être modifiés par l'homme.

Dans le Talmud Nidda 16b ainsi que dans le Talmud Chabbath 156a-156b, nos Sages les 'Hakhamim traitent de cette question.

Il en ressort que le destin n'existe pas ! L'homme peut, grâce à sa bonne volonté et à ses prières, "influer sur la volonté divine" et modifier son sort.

Pour des détails à ce sujet, cliquez sur les liens suivants :

https://www.torah-box.com/question/une-segoula-peut-elle-abolir-un-mauvais-decret_55205.html

https://www.torah-box.com/question/la-priere-a-t-elle-un-impact-sur-la-realite_41827.html

Il serait imprudent de ma part de ne pas vous rapporter l'explication du Rambam [Hilkhot Techouva, chapitre 5, Halakha 2-4] à ce sujet :

Ne laisse cette idée soutenue par les sots des nations du monde, et la majorité des immatures parmi les juifs te monter à l’esprit, [cette idée] selon laquelle le Saint Béni soit-Il décrète depuis la création de l’homme s’il sera juste ou méchant. Il n’en est pas ainsi : tout un chacun peut être juste, comme Moïse notre maître, ou méchant comme Jéroboam, sage ou sot, compatissant ou cruel, avare ou généreux, et ainsi de suite pour les autres traits de caractère. Personne ne le force, n’émet de décret, ni ne le tire dans un des deux chemins.

C’est l’homme qui, de sa propre initiative, emprunte le chemin qu’il désire. C’est ce que dit [le prophète] Jérémie : « De la bouche du Seigneur n’émane ni le mal, ni le bien », c'est-à-dire que le Créateur ne décrète pas si un homme sera bon ou mauvais. Ceci étant, le pécheur cause donc sa propre perte. Il lui sied donc de pleurer et de se lamenter sur ses fautes, et le mal qu’il a causé à son âme. C’est le sens du verset suivant : « Pourquoi donc se plaindrait l’homme sa vie durant, l’homme chargé de péché ». Il [le prophète] dit ensuite que puisque nous avons le libre arbitre, et que nous avons fait de nous-mêmes tout ce mal, il nous convient de nous repentir et d’abandonner ce mal, car nous en avons la possibilité. C’est le [sens du] verset suivant : « Examinons nos voies, scrutons-les, et retournons à l’Eternel ».

Ceci est un principe fondamental, le pilier de la Torah et des commandements, comme il est dit : « Vois, J’ai placé devant toi en ce jour la vie et le bien, la mort et le mal », et il est dit : « Voyez, Je place devant vous en ce jour la bénédiction et la malédiction », cela veut dire que vous avez le libre choix. L’homme peut faire tout ce qu’il désire, bien ou mal. C’est pour cette raison qu’il est dit : « Ah ! s’ils pouvaient conserver en tout temps cette disposition [à Me craindre…] ». En d’autres termes, le Créateur ne force pas l’homme et ne décrète pas qu’il fasse du bien ou du mal ; tout lui est confié.

Si D.ieu décrétait qu’un homme soit juste ou méchant, ou s’il y avait un facteur inné en lui qui l’attirait vers l’un des deux chemins, vers une certaine conception, un certain trait de caractère, ou certains agissements, comme ces stupides astrologues l’imaginent, comment [D.ieu] aurait-Il pu nous ordonner au moyen des prophètes : « Faites ceci » « Ne faites pas cela », « Corrigez vos voies », « Ne suivez pas votre perversité », alors qu’il a déjà été décrété [ce que nous serions] depuis notre naissance ou alors que notre instinct nous attire vers certaines choses et il est impossible de s’en dégager ? Quelle place occuperait alors la Torah entière ? Et par quel jugement le méchant serait-il puni et le juste récompensé ? Le juge du monde entier ne ferait-Il pas justice ?

Ne t’étonne pas que l’homme puisse faire tout ce qu’il désire et que ses actes dépendent uniquement de lui, [en te posant la question :] pourrait-il y avoir dans le monde [un évènement] sans l’accord du Créateur ou contraire à son désir ? Il est pourtant dit : « Tout ce qu’Il désire, D.ieu fit dans les cieux et la terre » ? Sache que tout se passe conformément à Son désir, bien que nous soyons libres de nos actes. Comment cela ? De même que le Créateur désire que le feu et le vent s’élèvent vers le haut, que l’eau et la terre descendent vers le bas, que la sphère [céleste] tourne en rond, et que les autres créatures du monde suivent la nature qu’Il désire, ainsi, Il désire que l’homme ait le libre arbitre et soit libre de ses actes, et n’ait rien qui ne le force, ni l’attire.

L’homme, de sa propre initiative et avec la connaissance qu’il a reçue de D.ieu, peut faire tout ce qui est en la main d’un homme. Aussi est-il jugé selon ses actes : s’il fait le bien, il est [traité avec] bienveillance. S’il fait le mal, il est [traité] avec rigueur. C’est ce que dit le prophète : « C’est votre main qui a agi de la sorte », « c’est qu’ils ont choisi leur propre chemin ». À ce sujet, [le roi] Salomon dit : « Réjouis-toi, jeune homme, dans ton jeune âge… sache seulement que D.ieu t’appellera en jugement pour tout cela », ce qui signifie : « Sache que tu as la possibilité de faire [ce que tu désires], mais que tu devras en rendre compte ».

Il est à noter que dans le Talmud Ta'anit 25a, nous voyons qu'Hachem avait "décidé d'une manière définitive" que Rabbi El'azar Ben Pedat allait être pauvre durant toute sa vie. Toutes ses prières restèrent "sans réponses". Hachem se dévoila à lui et lui offrit une partie, seulement, de la réponse à cette grande question.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Mékorot / Sources : Rambam.
Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN