La prière a-t-elle un impact sur la réalité ?

Rédigé le Mercredi 21 Août 2019
La question de Benjamin G.

Chalom,

D'où sait-on que la prière a un impact sur la réalité si ce n'est de modifier notre conscience ?

Seul Hachem sait ce qui est bon pour nous tous.

Comment pourrait-on demander une modification de cette perfection ?

C'est illogique.

Merci.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
26239 réponses

Bonjour,

Nos Sages, les ‘Hakhamim, disent que la prière est comparée à la fourche qui retourne les céréales après les récoltes.

« De la même manière que cette fourche retourne la céréale dans tous les sens, la prière inverse la volonté de Hachem de la rigueur vers la bonté »

Voir Talmud Soucca 14a et Talmud Yebamot 64a.

La prière a plusieurs buts. Elle est qualifiée par 10 termes différents. Voir Midrash Rabba, chapitre 2, passage 1 sur Devarim.

Nous allons proposer quelques détails à propos de deux des buts de la prière.

A. La prière : Changer la face du monde - Améliorer un sort

Hachem veut uniquement le bien pour Ses créatures.

Voir Yé’hézkel, chapitre 18, verset 32.

Si l’humanité connaît le mal, c’est, dans la majeure partie des cas, la conséquence de son mauvais comportement.

Si elle traverse des situations difficiles, c’est le résultat de ses manquements.

Voir Talmud Brakhot 5a, Rambam, Hilkhot Techouva, chapitre 7, Halakha 7.

Il y a des exceptions mais d’une manière générale, c’est dans ce sens qu’il faut réfléchir. Voir plus bas, à propos de Moché Rabbénou.

Dans Dérekh Hachem, Rabbi Moché ‘Haïm Luzzato explique : « En s’éloignant d’Hachem et de Sa Torah, l’homme s’éloigne du bien. »

Voir, aussi, Vayikra, chapitre 26, versets 3-16 et Dévarim, chapitre 11, versets 13-21.

En d’autres termes :

La prière est un moyen de prendre conscience que, par notre comportement, nous sommes à l’origine de notre situation dans ce monde.

Hachem attend nos prières.

Il attend, donc, que nous revenions vers Lui afin qu’il Lui soit possible de nous combler de tous les biens possibles.

Moché Rabbénou a récité 515 prières afin de mériter de pénétrer en terre d’Israël, bien que le décret fût prononcé.

Apparemment, il était convaincu que la prière est le meilleur moyen pour apporter un changement à la situation.

Hachem lui a demandé de cesser de prier, car Il en avait décidé autrement.

Nos prières ne sont qu'une manière d'être persuadé qu'Hachem est à l'origine de tout.

Voir Beth Elokim [Rabbi Moché Matrani], Cha’ar Hatefila, chapitre 2 et Pisské Tchouvot, chapitre 98, passage 9.

Nos prières ne sont ni des ordres, ni des conseils donnés au Maître du monde.

Ceci est mentionné explicitement dans le Choul’han ‘Aroukh - Ora’h ‘Haïm, chapitre 98, Halakha 3 et 5.

En d’autres termes, nos actions sont à l'origine de nos manques et constituent une barrière solide face aux bénédictions prodiguées par Hachem.

Les prières sont, dans la plupart des cas, tôt ou tard, profitables, mais ne sont pas toujours suffisantes.

Voir Talmud Brakhot 32b, Talmud Ta’anit 8a, Talmud Baba Batra 116a.

Il suffit d'opérer certains changements qui, dans la plupart des cas, s'avèrent très bénéfiques.

Il est vrai que la malchance ou le prédéterminisme existe mais nous n’avons pas le droit d’y penser.

1. Voir Talmud Ta'anit 25a : Rabbi El'azar Ben Pédat De'hika Lé Milta Touva...

2. Pour exprimer sa malchance, Rabbi Avraham Ibn Ezra [1089-1164] disait :

 « Si mon métier était fossoyeur, Hachem aurait cessé de faire mourir les être humains ».

3. Grâce à la prière incessante et aux bonnes actions, il est toujours possible d’améliorer son sort afin qu'il soit heureux et brillant.

Voir Rachi sur Béréchit 15, verset 5 et sur Dévarim 18, verset 14.

4. L’homme juste a le pouvoir de décréter et Hachem exécutera. Talmud Chabbath 59 et Talmud Mo'èd Katan 16b.

5. Nos Sages disent que nous sommes « au dessus de tout destin ».

Cela signifie que nos actions et nos prières ont le pouvoir d’annuler tout décret et de modifier tout destin nous concernant.

Exemple : Avraham Avinou ne devait pas avoir d’enfant.

Hachem lui dit : « Regarde au dessus des étoiles !! »

Cela signifie : il n’y a aucune destinée fixe pour ceux qui ont une Emouna en Moi. Je suis le maître du mode et Je suis en mesure de tout faire.

Voir Rachi sur Béréchit 15, verset 5 et sur Dévarim 18, verset 14.

Aucun évènement ne doit être vu comme fixé à l’avance par Dieu.

6. Rabbi ‘Hanina Ben Dossa nous enseigne : « Celui qui fait en sorte que l’huile flambe, peut absolument, faire en sorte qu’il en soit ainsi pour le vinaigre ou l’eau ».

Voir Talmud Ta'anit 25a.

7. Chlomo Hamélèkh dit dans Michlé [Les proverbes] 24, verset 16 :

« Le Tsadik [même s'il] tombe sept fois, il se lève... ».

Il ressort, explicitement, de ce verset que le fait de tomber [sept fois ou plus] fait partie de la nature de ce monde.

Un autre exemple :

https://www.torah-box.com/question/lea-a-prie-pour-que-son-bebe-devienne-une-fille_9264.html

8. Pour des détails à ce sujet, cliquez sur les liens suivants :

http://www.torah-box.com/question/je-prie-mais-hachem-ne-m-exauce-pas_17933.html

http://www.torah-box.com/question/que-deviennent-vos-prieres_28665.html

http://www.torah-box.com/question/que-demandons-nous-dans-la-amida_26426.html

http://www.torah-box.com/question/quelle-faute-entraine-les-brulures_13741.html

1. Avraham Avinou "a prié" durant 100 ans pour avoir un enfant. Voir Béréchit, chapitre 21, verset 5, Midrach Chmouel, chapitre 4, passage 1 et Midrach Aggada, Parachat Mikets, chapitre 41, passage 1.

2. Sarah Iménou "a prié" durant 90 ans pour mériter d'avoir un enfant. Voir Midrach Chmouel, chapitre 4, passage 1 et Midrach Aggada, Parachat Mikets, chapitre 41, passage 1.

3. Yokhévèd, la maman de Moché Rabbénou, l'a enfanté à l'âge de 130 ans. Il va sans dire que, jusqu'alors, elle pria sans cesse. Voir Midrach Chmouel, chapitre 4, fin du passage 1.

4. Moché Rabbénou a prié durant 80 ans afin que sa prière soit exaucée.  Voir Midrach Chmouel, chapitre 4, passage 1 et Midrach Aggada, Parachat Mikets, chapitre 41, passage 1.

5. Its'hak Avinou "a prié" durant 60 ans afin que ses prières soient exaucées. Voir Midrach Chmouel, chapitre 4, passage 1 et Midrach Aggada, Parachat Mikets, chapitre 41, passage 1.

6. Yossef Hatsadik "a prié" durant 30 ans. Voir Midrach Chmouel, chapitre 4, passage 1 et Midrach Aggada, Parachat Mikets, chapitre 41, passage 1.

7. 'Hanna, la maman de Chmouel Hanavi "a prié" durant 130 ans pour mériter d'avoir un enfant. Voir Midrach Chmouel, chapitre 4, fin du passage 1.

8. Chmouel Hanavi "a prié" durant 50 ans. Voir Midrach Chmouel, chapitre 4, passage 1 et Midrach Aggada, Parachat Mikets, chapitre 41, passage 1.

9. Ra'hel Iménou, n'ayant pas d'enfant, a dit : "Donne-moi des enfants, sinon, je suis morte". Voir Béréchit, chapitre 30, verset 1.

Nos Sages [Rabbi 'Hama bar 'Hanina] disent : si une personne voit que sa prière n'est pas exaucée, qu'elle prie de nouveau, [SANS CESSE !]. Voir Talmud Brakhot 32b.

Moché Rabbénou a récité 515 prières afin d'avoir le droit de traverser le Jourdain et d'entrer en Israël. Voir Midrach Rabba, chapitre 11, paragraphe 10 sur Dévarim et Yalkout Chimoni, Vayélekh, passage 940.

Une belle histoire

Rabbi Meïr [Ba'al Haness] avait des voisins très méchants et très mauvais, qui le dérangeaient énormément.

Il priait pour qu’Hachem les fasse disparaître.

Sa femme, Brouria, lui fit remarquer - preuve à l’appui - qu’il ne convient pas d’agir de la sorte - Il faut prier pour que le Yétser Hara’ les quitte.

Il décida, donc, de prier en leur faveur afin qu’ils fassent Techouva et … ils firent Téchouva.

Voir Talmud Brakhot 10a.

La prière a une puissance exceptionnelle. Elle a le pouvoir de briser toutes les barrières séparant l'homme de Son créateur. Voir Talmud Brakhot 6b.

B. La prière - Etre conscient que Hachem est à l’origine de tout

Parfois Hachem crée un manque, uniquement, du fait que Ses créatures ne sont pas encore conscientes de l’importance de la chose ou de Son origine.

La prière sera, alors, un moyen de prendre conscience de l’origine de toute l’existence.

Le verset dit : « Et toute l’herbe du champ n’avait pas encore poussé, car Hachem D. n’avait pas encore envoyé la pluie sur la terre et il n’y avait pas d’homme pour travailler le sol » Béréchit, chapitre 2, verset 5.

Rachi explique le lien entre le début et la fin du verset :

« Hachem n’a pas fait pleuvoir car il n’y avait pas d’homme pour cultiver la terre et apprécier les bienfaits de la pluie. Lorsqu’Adam a été créé, il a compris son importance pour le monde : il pria et la pluie est tombée »

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN