Aujourd'hui à Paris
04:32 : Mise des Téfilines
05:59 : Lever du soleil
13:56 : Heure de milieu du jour
21:53 : Coucher du soleil
22:52 : Tombée de la nuit

Paracha Pin'has
Vendredi 10 Juillet 2020 à 21:35
Sortie du Chabbath à 22:56
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box

Les "Séfi'him", c'est quoi ?

Rédigé le Mercredi 12 Février 2020
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

L'interdit "Issour Sefi'him" est-il une prohibition qui vient s'ajouter à l'interdit de la "Kedouchat Chevi'it" ou bien un Sefia'h ne peut être interdit en raison de ces deux interdictions ?

Merci.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
21002 réponses

Bonjour,

Un produit agricole ayant le statut de Sefi’him peut être investi de la Kedouchat Chevi’it [sainteté des fruits ayant poussé durant la Chemita].

Ce ne sont pas deux notions contradictoires.

Explications :

L'ensemencement est interdit durant la Chemita, mais les produits agricoles qui auraient poussé sans l'intervention de l'être humain auraient pu être consommés sans aucune restriction.

Cependant, nos Sages ont interdit tous les légumes ainsi que toutes les céréales et les légumineuses ayant poussé durant la Chemita, et, ce, qu'ils aient poussé de manière spontanée ou qu'ils aient poussé suite à un ensemencement interdit, de crainte que certaines personnes n'en viennent à les semer en cachette, prétendant ensuite qu'il s'agirait d'une production ayant poussé d'elle-même.

Voir Chevi’it, chapitre 9, Michna 1 et Rambam, Hilkhot Chemita, chapitre 4, Halakha 1-2.

En d'autres termes, c'est pour mettre une barrière autour de l'interdiction de semer que les ‘Hakhamim ont interdit les produits en question.

Ces produits interdits portent le nom de Sefi’him.

Les seuls produits permis sont les fruits des arbres.

Pourquoi ?

Nos Sages n'ont pas jugé nécessaire de les interdire, car le risque de planter des arbres durant la Chemita est négligeable. En effet, les arbres ne donnent pas de fruits dans l'année qui suit la plantation, il faut parfois attendre plusieurs années avant que les fruits ne soient consommables.

Cette interdiction d'ordre rabbinique est aussi grave que la consommation de volaille avec du lait [par exemple]. En effet, selon la Torah, l'interdiction de cuire ou de consommer de la viande et du lait s'applique tant au menu qu'au gros bétail. Mais nos Sages ont étendu cette interdiction à tous les types de volaille afin d'éviter toute confusion.

Selon Rabbi Akiva, il s’agit d’une interdiction Mine Hatorah.

C'est une Mitsva de déraciner tous les produits agricoles touchés par l'interdiction des Séfi’him.

Les deux raisons essentielles sont les suivantes :

Afin que l'on ne pense pas qu'ils sont destinés à la consommation. Voir ‘Hazon Ich, chapitre 9, passage 4.

Afin que l'on ne puisse pas penser qu'ils ont été ensemencés durant la Chemita. Voir Késsef Michné, Hilkhot Chemita, chapitre 4, Halakha 18.

L'interdiction des Sefi’him touche uniquement les produits de la terre [pas ceux des arbres] concernés par la sainteté de la Chemita.

Cela inclut tous les produits "consommables" par l'homme, tels que les fruits, les légumes, les céréales, les légumineuses, les épices et certaines fleurs.

Pour les légumes, l'interdiction des Sefi’him s'applique uniquement s'ils ont poussé complètement pendant la Chemita.

Si, en revanche, ils ont commencé à germer durant la sixième année [et qu'ils ont été récoltés durant la Chemita d'une manière permise], ils sont permis. Il faudra cependant les consommer conformément aux lois régissant les fruits investis de sainteté.

S'ils ont été ensemencés et cueillis durant la Chemita [malheureusement !], ils restent interdits pour toujours.

S'ils ont été ensemencés durant la Chemita [malheureusement !] et cueillis durant la huitième année, ils ne sont permis qu'à partir d'une certaine date.

Pour les céréales et les légumineuses, c'est le moment où elles atteignent le tiers de leur volume final qui détermine l'interdiction des Sefi’him.

Si le tiers du volume est atteint durant la sixième année, même si la récolte a lieu durant la Chemita, elles ne sont pas touchées par l'interdiction des Sefi’him.

Si le tiers du volume est atteint durant la septième année, même si la récolte a lieu durant la huitième année [après la Chemita], elles sont interdites pour toujours.

Si le tiers du volume est atteint durant la huitième année, [même si l'ensemencement a lieu durant la Chemita], elles ne sont pas frappées par l'interdit des Sefi’him.

Tout n’a pas été dit à ce sujet.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Mékorot / Sources : Rambam, 'Hazon Ich, Kessef Michné.
Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN