Aujourd'hui à Paris
07:14 : Mise des Téfilines
08:16 : Lever du soleil
13:36 : Heure de milieu du jour
18:54 : Coucher du soleil
19:39 : Tombée de la nuit

Paracha Berechit
Vendredi 25 Octobre 2019 à 18:24
Sortie du Chabbath à 19:30


Hiloulot du jour
Rav Eliezer Papo (Pélé Yoets)
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

Les sons du Chofar

Rédigé le Mercredi 27 Février 2019
La question de Anonyme

Chalom,

Quels sont les sons du Chofar et à quoi chacun sert-il ?

Merci.

La réponse de Rav Shimon GRIFFEL
Rav Shimon GRIFFEL
166 réponses

Bonjour,

La Mitsva de sonner du Chofar à Roch Hachana est mentionnée dans la Torah : "Le septième mois, le premier jour sera pour vous une solennité, vous ne ferez aucun travail, ce sera pour vous un jour de Terou'a" (Bamidbar 29, 1). Le Targoum de Ounkelous traduit le mot "Terou'a" par "Yévava", ce qui est à rapprocher du verset : "La mère de Sissera regardait par la fenêtre et pleurait ("Vatéyabèv)" (Choftim 5, 28). Puisque le verset y utilise le mot "Vatéyabèv" (qui est de la même racine que "Yévava"), on en déduit donc que la Terou'a mentionnée dans le verset est un son de pleur.

La Mitsva de sonner le Chofar est également mentionnée dans un autre verset : "Le septième mois, le premier jour sera pour vous un jour de repos, souvenir de la Terou'a" (Vayikra 23, 24). Par ailleurs, il existe une Mitsva de sonner du Chofar le jour de Kippour de l'année du Yovel : "Vous ferez passer le Chofar de la Terou'a le septième mois, le dix de ce mois, le jour de Kippour, vous ferez passer le Chofar" (Vayikra 25, 9). A l'aide d'un procédé d'interprétation de la Torah, une Gzéra Chava, on apprend que les lois du Chofar du Yovel s'appliquent à Roch Hachana et inversement. La Torah ayant mentionné la sonnerie du Chofar trois fois, on en déduit qu'il faut sonner trois Terou'ot.

Le fait que le verset à propos du Yovel utilise le terme "passer" nous apprend qu'il faut aussi faire un son long avec le Chofar (car "passer" est une action qui dure). Dans ce verset, le terme de "passer" est mentionné deux fois, une fois avant  le mot "Terou'a" et une fois après. D'où le fait qu'il faut faire un son long avant la Terou'a et un son long après. Ce son long est appelé Teki'a.

C'est pourquoi, selon la Torah, il faut sonner Teki'a, Terou'a, Teki'a trois fois.

Mais nos Sages se sont interrogés sur la manière de sonner la Terou'a, qui est donc un son ressemblant à des sanglots. En effet, il existe deux types de pleurs, un pleur un peu allongé comme quelqu'un qui gémit et un pleur court et rapproché. C'est pourquoi, ils instaurèrent de sonner ces deux options. Les sons un peu allongés sont appelés Chevarim et les sons courts et rapprochés, Terou'a. Il y a aussi la possibilité de comprendre la Terou'a de la Torah comme une combinaison des deux types de pleurs. C'est pourquoi, on sonne l'ensemble Chevarim-Terou'a.

Finalement, nous sonnons à Roch Hachana Teki'a, Chevarim-Terou'a, Teki'a, puis Teki'a, Chevarim, Teki'a et enfin Teki'a, Terou'a, Teki'a; chaque ensemble répété trois fois et, ce, afin de s'acquitter de la Mitsva telle qu'elle a été prescrite par Hachem.

Voir Roch Hachana 33b et 34a.

Nous restons à votre disposition, Bé'ézrat Hachem, pour toute question.

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Shimon GRIFFEL
Projet dédié par un généreux donateur