Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
05:34 : Mise des Téfilines
06:44 : Lever du soleil
13:55 : Heure de milieu du jour
21:04 : Coucher du soleil
21:54 : Tombée de la nuit

Paracha Ekev
Vendredi 19 Août 2022 à 20:40
Sortie du Chabbath à 21:49
Afficher le calendrier

Lire des histoires de Tsadikim = accomplir 613 Mitsvot ?

Rédigé le Vendredi 28 Juin 2019
La question de Anonyme

Kvod Harav,

Il est dit que celui qui étudie la Torah devient un associé d'Hachem et qu'à chaque mot, il accomplit 613 Mitsvot.

Est-ce aussi le cas lorsque l'on lit des histoires de Tsadikim ou bien lorsque l'on regarde (sans lire) un cours de Torah ?

Merci d'avance et Kol Touv.

La réponse de Rav Yossef 'Haïm BENHAMOU
Rav Yossef 'Haïm BENHAMOU
591 réponses

Chalom Ouvrakha,

Il y a une force particulière dans le conte d’une histoire. D’ailleurs, les orateurs le savent bien, lorsqu’il y a une histoire, le calme s’installe et l’auditeur devient d’un coup plus attentif.

Pourquoi l’histoire a cette capacité ?

L'une des raisons est que l’histoire a toujours un fil conducteur et que s’identifier à un personnage donne à l’homme un nouvel horizon, ce qui lui donne un sentiment de s’évader.

La deuxième raison se cache dans les paroles d’un de nos Sages, Rabbi Na'hman de Breslev, que son mérite nous protège. Celui qui raconte l’histoire d’un Juste attire sur lui la trace spirituelle, "Réchimou", du Tsadik.

En effet, un Juste qui est passé dans ce monde et qui a étudié la Torah ne part pas vainement. Même s'il jouit de ses mérites dans l’autre monde, il laisse aussi une trace de la valeur de ses bienfaits. Celui qui raconte cet acte s’imprègne de la force de son acteur et l’aide à faire de même.

Ce "Réchimou", cette marque, est une sorte de sphère (Sefira kabbalistique) qui est créée dans le monde supérieur, qui descend et réside dans ce monde-ci, et qui constitue un "Sipour" "une histoire", en français.

C’est la raison pour laquelle notre cœur est emballé et notre cerveau subjugué par une histoire, car le "Sipour" est le porteur d’une sphère complète (Sefira).

Nos Sages disent même que les actes des Justes constituent un trône céleste (Ba'al Chem Tov). On ne parle pas d’une chaise ornée sur laquelle D.ieu s’assiérait, mais d’une prise de conscience de l’omniprésence de D.ieu dans ce monde. Il dit même que c’est comme si on étudiait le char céleste.

Ainsi, une histoire de Tsadikim est comme l’étude de la Torah.

Réponse tirée de l’introduction de mon livre "Le saphir de la foi", à se procurer au 0559576485.

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Yossef 'Haïm BENHAMOU