Ma'asser sur un bénéfice hypothétique

Rédigé le Dimanche 21 Février 2016
La question de Melanie O.

Chalom Rav,

Il faut prélever le Ma'asser sur un bénéfice boursier ou autres.

On distingue 2 types de bénéfice : le bénéfice réalisé et le bénéfice latent.

1) Un bénéfice réalisé, c'est-à-dire que j'ai acheté une action à 100, je la revends à 150, j'ai donc gagné réellement 50. Je dois prélever le Ma'asser dessus.

2) Un bénéfice latent, c'est-à-dire un bénéfice hypothétique, en fonction de l'évolution des prix du marché.

Par exemple : j'achète une maison pour 100,000. Un an plus tard, elle vaut 150,000. En théorie, j'ai fait un bénéfice de 50,000. Cependant, je n'ai pas réalisé ce bénéfice, car je n'ai pas vendu la maison. Il y a juste un bénéfice latent de 50,000.

Dois-je prélever le Ma'asser sur ce bénéfice non réalisé ? (Je ne pense pas que ça soit le cas, mais j'aimerais bien une source le confirmant.)

Merci beaucoup, et Kol Touv.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
28212 réponses

Bonjour,

S'il s'agit d'une maison dans laquelle vous résidez

1. Tant que vous ne vendez pas la maison en question, il n'est pas obligatoire de donner le Ma'asser de la plus-value. Voir Cha'aré Tsédek, chapitre 9, Halakha 14 et note 30.

2. Bien que vous disposiez de sommes d'argent, vous n'avez pas l'obligation d'en prélever une somme en tant qu'avance sur Ma'asser.

Voir Béora'h Tsédaka, chapitre 9, Halakha 8-9.7

3. Si avec la somme obtenue par la vente de la maison vous en achetez une autre, il n'est pas obligatoire de prélever le Ma'asser de la plus-value.

Voir Béora'h Tsédaka, chapitre 9, fin de la Halakha 8.

S'il s'agit d'une maison dans laquelle vous ne résidez pas

4. D'après certains décisionnaires, s'il s'agit d'une maison acquise dans le cadre d'un investissement [ou d'une "affaire" dont la valeur a augmenté], il faut prélever le Ma'asser si vous disposez de la somme nécessaire. Voir Cha'aré Tsédek, chapitre 9, Halakha 14 et note 30.

Qu'Hachem vous protège et vous bénisse.

Mékorot / Sources : Cha'aré Tsédèk, Béora'h Tsédaka.
Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN