c Question au Rav : Manger la veille de Kippour pour quelqu'un qui ne jeûne pas, Mitsva ?

Manger la veille de Kippour pour quelqu'un qui ne jeûne pas, Mitsva ?

Rédigé le Jeudi 23 Septembre 2021
La question de Eric A.

Chalom Rav,

Celui qui ne jeûne pas Yom Kippour (avec l’accord de son Rav) a-t-il une Mitsva de manger la veille de Kippour ?

Merci.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
27714 réponses

Bonjour,

Celui [ou celle] qui ne devra pas jeûner durant Yom Kippour - étant donné son état de santé et suite à une décision rabbinique - doit tout de même accomplir la Mitsva de manger la veille de Kippour. En d'autres termes, même s'il n'a pas l'obligation de jeûner, il accomplit, tout de même, la Mitsva en consommant des plats avant l'arrivée du jeûne. Kaf Ha'haïm, chapitre 604, passage 5.

EXPLICATIONS :

Cette question a été posée par le Ktav Sofer, réponse 112, passage Oumidé 'Iyouni Bésafek Zé, ainsi que par l'auteur du Torah Temima sur Vayikra 23, verset 32, note 97, etc.

Il y a beaucoup à dire à ce sujet. Voici quelques petites perles :

Il est vrai que d'après plusieurs de nos maîtres, la raison pour laquelle il est une Mitsva de bien manger la veille de Kippour c'est qu'il faut SE PRÉPARER au jeûne. Tour [chapitre 604], Rachi et Méiri sur Talmud Brakhot 8b et Rachi sur Yoma 81b, Rabbénou Acher [Roch], passage 22 sur chapitre 8 de Yoma, etc.

Donc, apparemment, la Mitsva consistant à consommer des plats la veille de Kippour n'est pas en vigueur pour ceux qui ne doivent pas jeûner.

Mais les décisionnaires nous enseignent : quelles que soient les raisons invoquées pour la Mitsva en question, elles n'influent en rien sur l'obligation reposant sur chacun d'entre nous. Les nombreuses raisons de la Mitsva ne doivent, en aucun cas, être utilisées pour en faire de telles "déductions". Ktav Sofer, réponse 112.

Donc, même une personne n'ayant pas l'obligation de jeûner devra accomplir la Mitsva de consommer des plats la veille de Kippour.

Seconde raison

Selon Rabbénou Yona, la consommation de bons plats a pour but de mettre en évidence notre joie à l'approche du jour durant lequel Hachem pardonne nos fautes. C'est également le moyen d'avoir des forces de pouvoir prier correctement. Cha'aré Techouva, Cha'ar 4, passages 8-10.

Si l'on considère ces deux raisons : une personne malade, n'ayant pas l'obligation de jeûner, devra accomplir la Mitsva de consommer des bons plats la veille de Kippour.

Troisième raison

Certains de nos maîtres affirment que le repas de la veille de Kippour est, en fait, le repas du jour de Kippour ayant été devancé, vu qu'il est interdit de manger durant ce grand jour. Donc, TOUS ont l'obligation d'accomplir la Mitsva, même les personnes malades.

Quatrième raison

Il est possible que le malade guérisse. Donc, il doit consommer des plats avant l'arrivée de Kippour afin d'être en mesure de jeûner si Hachem lui envoie la guérison. Sdé 'Hémed, Assifat Dinim - Ma'arékhet Yom Hakippourim, chapitre 1, paragraphe 3.

Cinquième raison

Si le malade ne se prépare pas AVANT l'arrivée du jeûne, il devra consommer de plus grandes quantités DURANT le jeûne, ce qu'il faut éviter, dans la mesure du possible. Yabi'a Omer, volume 1, réponse 37, passage 13 et 'Hout Chani - Yom Kippour, chapitre 1, paragraphe 1.

Tout n'a pas été dit à ce sujet. Voir Michna Broura, édition Dirchou, chapitre 604, passage 1, note 1 et Yabi'a Omer, volume 1, réponse 37, passage 13.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN