Aujourd'hui à Paris
06:46 : Mise des Téfilines
07:48 : Lever du soleil
13:41 : Heure de milieu du jour
19:32 : Coucher du soleil
20:17 : Tombée de la nuit

Horaires du Chabbat
Vendredi 2 Octobre 2020 à 19:08
Sortie du Chabbath à 20:12
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Ensemble Construisons le 1er centre d'étude et formation du Rav Kanievsky
Ensemble Construisons le 1er centre d'étude et formation du Rav Kanievsky

Maux de tête pendant Chabbath

Rédigé le Jeudi 27 Février 2014
La question de Eric A.

Chalom rav,

Peut-on prendre du Paracétamol Chabbath si l'on a mal à la tête ?

De même avec des vitamines ou médicaments naturels ?

La réponse de Rav Yossef LORIA
Rav Yossef LORIA
919 réponses

Chalom,

Nos Sages ont promulgué un décret stipulant qu'il est interdit de prendre des médicaments pendant Chabbath, s'il s'agit d'une maladie faible (c'est-à-dire sans forte douleur ou que la maladie ne s'est pas répandue dans tout le corps) ou d'une douleur quelconque (Choul'han 'Aroukh, ch. 328, par. 1).

Ainsi, ceci dépendra de l'intensité du mal de tête, car si une personne souffre de forts maux de tête ou d'état migraineux, il sera permis de prendre des médicaments.

Cette permission s'appliquera également en début du mal de tête, si la personne sait que chez elle une telle douleur aboutira à une véritable migraine, elle n'aura pas besoin d'attendre que la douleur s'intensifie avant de prendre le médicament (Chmirat Chabbath Kéhilkhata, ch. 34, par. 16).

Toutefois, certains décisionnaires pensent que le paracétamol est considéré comme une denrée largement utilisée même par des personnes en bonne santé, donc ils permettent de prendre du paracétamol en cas de faible mal de tête (Yalkout Yossef basé sur le Choul'han 'Aroukh, ch. 328, par. 37). Néanmoins, la plupart des décisionnaires réfutent un tel argument (Chmirat Chabbath Kéhilkhata, ch.34, par. 16).

Ces interdictions s'appliqueront également à des médicaments naturels.

Néanmoins, les vitamines sont tolérées car les personnes en bonne santé les utilisent pour conserver une bonne santé et non pour guérir (Igrot Moché, OH, t. 3, ch. 54; Beer Moché, t. 1, ch. 33; Or Letsion, t. 2, p. 257; Halikhot 'Olam, t. 4, p. 207, Menou'hat Ahava, t. 1 p. 517), mais certains les interdisent (Michné Halakhot, t. 4, ch. 51; Az niberou, t. 6, ch. 72; Chmirat Chabbath Kéhilkhata, ch. 34, par. 20).

Réfoua Chéléma.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Yossef LORIA