Moché Rabbénou accusé par un prince romain

Rédigé le Vendredi 14 Mai 2021
La question de Elie B.

Bonjour Rav,

Dans la Paracha Bamidbar, à la sixième montée, le dénombrement des Léviim donne 22 000, alors que la somme des dénombrements des Léviim de chacune des trois familles Guerchon, Mérari, Kéhat donne un total de 22 300, car les Léviim, eux-mêmes premiers-nés, n'ont pas voulu être comptés deux fois.

En dénombrant les premiers-nés d'Israël, on trouve 22 273 dont 273 devront être rachetés avec 1365 shékels d'argent.

Où sont passes les 27 manquants ?

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
26157 réponses

Bonjour,

Votre question a été posée à Rabban Yo’hanan Ben Zakaï par un prince romain. Talmud Békhorot 4b-5a et Midrash Raba, chapitre 4, passage 9 sur Bamidbar.

A l'origine, Hachem avait confié le service dans le Beth Hamikdach au premier-né de chaque famille.

Etant donné qu'ils "participèrent" à la faute du veau d'or, ils perdirent ce privilège.

Hachem ordonna que chaque premier-né soit racheté : sa sainteté fut transférée sur un Lévi.

Parmi les Bné Israël, il y avait 22.273 premiers-nés.

Les Léviim étaient au nombre de 22.300. Cependant dans Bamidbar, chapitre 3, verset 39, on lit qu’ils sont au nombre 22.000.

Réponse / Explication :

En fait, il y avait vraiment 22300 Léviim. Mais parmi ces Léviim, 300 étaient, eux-mêmes, premiers-nés et investis de la sainteté de Békhor. Ces 300 « Lévi premiers-nés », étant donné leur sainteté, ne pouvaient pas être « utilisés » pour racheter une autre personne [l’explication est donnée dans Békhorot 5a].

Donc, on disposait uniquement de 22000 Lévi pour racheter les 22273 premiers-nés des Bné Israël.

273 premiers-nés parmi les Bné Israël devaient, donc, transférer leur sainteté sur les 5 pièces d’argent qu’ils allaient offrir à Aharon et ses fils. Ceci fut organisé suite à un tirage au sort comme cela est mentionné dans Bamidbar, chapitre 3, versets 50-51 et Rachi sur le verset 50.

Le prince romain accusa Moché Rabbénou d’avoir été malhonnête en réduisant le compte des Léviim afin d’exiger de l’argent des premiers-nés parmi les Bné Israël, qu’il donnerait à son frère et ses enfants mais comme nous l’explique Rabban Yohanan : Moché Emèt Vétorato Emèt : Moché Rabbénou représente la vérité et sa Torah est vérité !

Le prince s’en alla bredouille.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.
 
Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.
Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN