Aujourd'hui à Paris
06:57 : Mise des Téfilines
08:04 : Lever du soleil
12:36 : Heure de milieu du jour
17:07 : Coucher du soleil
17:56 : Tombée de la nuit

Paracha 'Hayé Sarah
Vendredi 22 Novembre 2019 à 16:45
Sortie du Chabbath à 17:55


Hiloulot du jour
Rav Mordekhai Charabi
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

"Mohamed" écrit dans la Torah ?!

Rédigé le Mercredi 14 Décembre 2016
La question de Michaël R.

Chalom,

On m'a dit que le nom du prophète musulman Mohamet était écrit dans la Torah, et j'aimerais savoir si c'est vraiment le cas.

Merci beaucoup.

La réponse de Rav Yehiel BRAND
Rav Yehiel BRAND
456 réponses

Bonjour,

Pour les musulmans, une réponse positive est essentielle, car ces derniers ont accepté le récit biblique, en espérant la réciprocité, que les juifs reconnaissent à leur tour l’islam, et le fait qu’ils refusent de le faire met les musulmans hors d’eux.

La Torah engage les juifs à la pratiquer sans changement, et ne mentionne pas la venue d’un prophète qui la permuterait.

Avant l’avènement de l’islam, les chrétiens ont déployé d’infinis efforts pour trouver le christianisme dans la Torah, mais leurs trouvailles sont inconciliables avec le bon sens.

Puis, les musulmans ont suivi les chrétiens, en accentuant un peu plus, puisqu’ils accusent les juifs d’avoir manipulé la Torah, en faisant "oublier" les passages qui annoncent la venue de Mohamed.

Mais comme l’écrivent le Rambam dans sa Missive au Yémen et le Rachba dans sa réponse, il est inconcevable que quiconque ait réussi à effacer quoi que ce soit de la Torah, qui fut lue et étudiée inlassablement par les juifs, et qui fut aussi traduite, publiée, et dispersée sur tous les continents des siècles, avant la venue de l’islam, sans que cela ne laisse les moindres traces dans la mémoire des hommes.

Malgré ces considérations, la théorie de disparition ou de falsification du texte biblique est devenue un dogme de l’islam. Il existe aussi des juifs qui refusent la tradition biblique telle qu’elle fut transmise, des saducéens de l’antiquité jusqu’à leurs pairs des temps modernes, les juifs dits progressistes, Massorti, et autres libéraux.

Il y a ici une ironie du sort. Pour le dogme islamique, D.ieu a converti la religion juive en la religion musulmane à cause des juifs qui auraient nié et abandonné leur religion. Or, si cette critique était vraie, elle concernerait plutôt les juifs "progressistes", qui partagent le dogme islamique d’une manipulation de la Bible…

Quand la Torah annonce la venue d’un prophète qui viendrait parler aux juifs (Dévarim 18, 18), les musulmans le revendiquent comme étant Mohamed, bien que son nom n’y soit pas mentionné. Mais cette affirmation est forcément erronée, vu que la Torah précise que les Mitsvot ne seront jamais changées.

Comme le remarque le Rambam (Missive au Yémen, Michné Torah, Yéssodé Hatorah 10, 3), le prophète dans ce texte (Dévarim 18) ne commande que des conduites ponctuelles de la vie courante, comme de mener une guerre ou de l’arrêter, et ainsi de suite.

Dans ce texte, la Torah interdit aux juifs de se conduire comme les nations, qui suivent les magiciens, devins, et thaumaturges qui leur prédisent l’avenir. Elle demande de suivre les prophètes envoyés par D.ieu, qui reçoivent leurs informations pour l’avenir par l’intermédiaire de D.ieu, mais rien ne laisse paraître qu’il s’agit de nouvelles Mitsvot, de nouvelles interdictions, et d’une nouvelle religion.

Comme les musulmans n’ont pas trouvé le nom de Mohamed de façon explicite, ils ont espéré le découvrir par allusion, et voici un exemple :

Hachem a béni Ismaël par une nombreuse descendance : "Je la multiplierai Biméod Méod" (Beréchit 17, 6). La prononciation de ces deux mots ressemble au mot Mohamed, et sa valeur numérique pourrait être identique. Le mot "Biméod" s’écrit avec les lettres Beth, Mem, Alef, Daleth, et "Méod" avec Mem, Alef, Daleth, et le tout fait 92, et si on écrivait Mohamed avec les lettres Mem, 'Hèt, Mem, Daleth, cela ferait aussi 92.

Cependant, comme la fait remarquer le Rambam (Missive au Yémen), cette bénédiction pour Ismaël ne concerne qu’une nombreuse descendance, mais concernant l’alliance avec Hachem, en fait, la religion, le prochain verset précise : "Quant à Mon Alliance, Je la fixe avec Its'hak". Jamais la Torah ne mentionne quelconque alliance ou nouvelle religion avec un descendant d’Ismaël.

D’ailleurs, les érudits parmi les musulmans ne prennent pas ce "témoignage" au sérieux, comme l’écrit le Rambam (Missive au Yémen). Enfin, bien que le travail de l’étude biblique opéré par les musulmans n’ait pas porté ses fruits, il leur aura permis de faire connaitre la Torah.

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Yehiel BRAND
Projet dédié par un généreux donateur