Mon frère célibataire peut-il être Sandak de mon fils ?

Rédigé le Mardi 2 Mars 2021
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

Ma femme et moi attendons un bébé, que tout se passe bien pour la suite Bé'ézrat Hachem.

Dans l'éventualité d'une Brit, suis-je autorisé à nommer Sandak mon frère malgré le fait qu'il soit non marié, ou cela constitue-t-il une mauvaise augure ?

Merci de votre réponse et Kol Touv.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
28255 réponses

Bonjour,

1. Si vous avez déjà honoré votre papa et celui de votre épouse, il est préférable, à présent, d'honorer un homme marié, et de préférence, un érudit en Torah. Voir Rama sur Choul'han 'Aroukh - Yoré Déa, chapitre 264, Halakha 1, Talmud Yebamot 63a [dernière phrase de la page] et Rachi, passage Mine Ha'hète sur Yébamot 63b, Michna Broura, chapitre 581, passage 13.

2. Il va sans dire que le choix doit se faire dans une atmosphère de paix sans causer la moindre vexation.

3. Si le choix du papa et de la maman du bébé, risque d'entraîner des discordes, contactez-nous de nouveau afin que l'on réfléchisse, ensemble, à une solution pacifique.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN