Aujourd'hui à Paris
07:27 : Mise des Téfilines
08:37 : Lever du soleil
12:46 : Heure de milieu du jour
16:54 : Coucher du soleil
17:45 : Tombée de la nuit

Paracha Vayéchev
Vendredi 20 Décembre 2019 à 16:37
Sortie du Chabbath à 17:51


Hiloulot du jour
Rav Yossef Yozel Horowitz (Novardok)
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

Ne pas se réjouir de la chute de son ennemi ?

Rédigé le Mercredi 19 Juin 2019
La question de Bérenger F.

Chalom Rav,

Quand un provocateur brandissant une croix gammée incite à l'antisémitisme et se prend un coup de poing, a-t-on le droit de se réjouir ?

Comment comprendre et interpréter le verset qui déclare de ne pas se réjouir de la chute se son ennemi ?

Merci.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
17480 réponses

Bonjour

Le verset en question est mentionné dans Michlé 24, verset 17.

Première réponse

Les ennemis du peuple juif sont envoyés par la providence divine, pour des raisons bien précises. En général, pour rappeler, Ses enfants, à l’ordre.

Voir Vayikra 26, versets 6-8, Dévarim 28, verset 10, Mikha 7, verset 17, Talmud Méguila 14a.

La défaite, même, de l’ennemi n’est pas une raison suffisante pour s'envahir de joie. Si ce n’est que, grâce à cela, l’honneur rendu à Hachem sera plus important.

D’autre part, celui qui se réjouit doit être certain que son niveau spirituel est bien « différent » de celui de son ennemi.

Voir Rabbénou Yona sur Michlé 24, verset 17.

A Pourim, si nous nous réjouissons, ce n’est pas essentiellement suite à la victoire contre les ennemis, c’est surtout, comme le disent nos Sages, du fait qu’il y a eu un grand dévoilement de la présence divine.

Voir Talmud Chabbath 88a.

Seconde réponse

Dans le verset, il s’agit d’une joie visible à l’extérieur. Mais cela n’exclut pas une joie intérieure.

Rabbi Moché Alchikh sur le verset en question.

Troisième réponse

Selon le Malbim, la joie interdite dans le verset est la joie illimitée dans le temps [il faut rester serein].

Quatrième réponse

Dans le Talmud Méguila 16a, Mordékhaï donne une réponse à cette question, suite à la question d’Haman : l’interdiction du verset concerne uniquement, un ennemi ayant la Brit Mila mais non un ennemi n’ayant pas accompli cette Mitsva.

D’ailleurs les Bné Israël ont bien entonné la Chira alors que les Egyptiens s’étaient tous noyés dans la mer.

Les anges, également, voulurent réciter une Chira, mais [selon une explication] Hachem les en empêcha car ils n’étaient pas concernés, directement, par le miracle.

Voir Talmud Sanhédrin 39b.

Tout n’a pas été dit à ce sujet.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN
Projet dédié par un généreux donateur