Logo Torah-Box

Nidda, mon mari peut-il dormir dans mon lit en mon absence ?

Rédigé le Mardi 28 Février 2023
La question de Anonyme

Bonsoir Rav,

Si je me trouve en période de Nidda, mais que je ne compte pas rentrer à la maison pendant quelques jours, car je dois rester à l'hôpital (rien de grave), mon mari a-t-il le droit de dormir dans mon lit en mon absence ?

Je précise que l'hôpital se trouve dans la même ville.

Merci pour tout.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
38630 réponses

Bonjour,

S'il est certain que la femme ne revient pas à la maison avant quelques jours, il est possible de permettre au mari de dormir dans le lit de son épouse. Certains décisionnaires recommandent, tout de même, d'adopter une attitude rigoureuse.

Explications :

1. Durant la période de Nidda, il n’est pas permis au mari de dormir dans le lit de son épouse, même si elle ne se trouve pas dans la même ville.

2. D'après certains décisionnaires, cela est permis si elle ne se trouve pas dans la même ville pour "quelques jours".

3. Dans votre cas, la femme se trouve en ville mais revient à la maison uniquement après quelques jours. On peut considérer qu'il s'agit d'un cas similaire à celui qui est mentionné dans le paragraphe 2.

4. La durée "quelques jours" n'est pas définie explicitement dans les écrits de nos maîtres. C'est pourquoi, il faut laisser une durée de 48 heures entre l'utilisation du lit et l'arrivée de l'épouse.

Pit'hé Techouva, passage 9 sur Choul'han 'Aroukh - Yoré Déa, chapitre 195, Halakha 5, Torat Hatahara - Har'hakot [Rav Efraïm 'Oved], page 54 et note 21, Otsar Hahar'hakot [Rav 'Haïm Meïr David Grossman], page 366, note 21-22 et page 364, note 16-17.

Tout n'a pas été dit à ce sujet.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Rav Yigal Cohen - Emouna

Rav Yigal Cohen - Emouna

Des questions qui bousculent, des réponses claires et concises pour renforcer notre Emouna.

acheter ce livre

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN