Aujourd'hui à Paris
07:25 : Mise des Téfilines
08:32 : Lever du soleil
13:02 : Heure de milieu du jour
17:32 : Coucher du soleil
18:21 : Tombée de la nuit

Paracha Vaéra
Vendredi 24 Janvier 2020 à 17:16
Sortie du Chabbath à 18:27

Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

On ne grossit pas Chabbath !

Rédigé le Dimanche 15 Décembre 2019
La question de David M.

Chalom Rav,

J'ai entendu dire que, le Chabbath, quand nous mangeons, nous ne grossissons pas.

Est-ce vrai ?

Merci de votre réponse.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
18036 réponses

Bonjour,

A. On retrouve cette idée dans les écrits de Rav Bentsion Abba-Chaoul ainsi que dans les écrits de nombreux décisionnaires :

Voir Or Létsion, volume 2, chapitre 21, réponse 3, Or Israël [Monsey], volume 59 [année 15 /3], pages 190-193, Aliba Déhilkhéta, volume 51, page 76, note 369, Achré Lev [Rav Acher Lameel], page 16, passage Véèfchar au nom des élèves du Ba'al Chem Tov.

Bien entendu, il s’agit d’un cas où l’on consomme les plats avec modération et non d’une manière gourmande.

Attention, lorsqu’il s’agit d’une consommation présentant certains dangers, il faut s’adresser à un Rav en l’informant du dossier médical.

B. Rav ‘Haïm Kaniewski raconte :

La fille de Rabbi Israël Meïr Hacohen [Le ‘Hafets ‘Haïm] a dit à propos de sa maman :

« Ma maman regrette deux choses :

1. Lorsque mon frère était âgé de 18 ans, mon papa, le ‘Hafets ‘Haïm, s’est adressé à ma maman et lui dit qu’il était temps de penser à son mariage. Ma maman répliqua : « Il est encore trop tôt ! » Mon papa [le ‘Hafets ‘Haïm] répondit : « Bon, tu ne veux pas, alors non ! ». Mon frère ne s’est jamais marié !...

2. Ma maman souffrait de douleurs intestinales. La consommation du Kugel lui était interdite. Mon papa, le ‘Hafets ‘Haïm lui dit : « Le Kugel du Chabbath n'entraîne aucune mauvaise conséquence, tu peux le manger ! »

Ma mère regretta de ne pas l’avoir écouté. »

Rav ‘Haïm Kaniewski conclut : « Si un géant de la Torah se prononce d’une telle manière, il est possible de l’écouter ! »

Voir Min’hat Toda [Rav Guedalia Hoyningsberg], chapitre « Rabbénou He’hafets ‘Haïm », Béèr Chéva’ [Rav Guedalia Hoyningsberg], page 52.

C. Rabbi Yéhochou'a Leïb Diskin, la plus grande autorité de Yérouchalayim de son époque et qui jusqu’aujourd’hui est considéré comme un géant de la Torah, souffrait de douleurs intestinales. Les médecins lui interdirent certains aliments.

Lorsque Chabbath arriva, il ne comprit pas pourquoi on ne lui présenta pas les plats qu’il avait l’habitude de consommer.

On lui dit que c’était suite aux recommandations du médecin.

Rabbi Yéhochou'a Leïb Diskin ordonna qu’on les lui apporte sans plus attendre.

Face à l’étonnement de tous, il répondit : « Si l’on pense, vraiment, à accomplir une Mitsva, les plats du Chabbath ne causent aucun dommage ! ».

Voir Sdé Avraham - Mo'adé Hachem [Rav Avraham Its’hak Hacohen Kook], page 302.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN
Projet dédié par un généreux donateur