Logo Torah-Box

Pourquoi enterrer séparément les hommes et les femmes ?

Rédigé le Dimanche 10 Mars 2024
La question de Laurent L.

Chalom Rav,

Je voudrais savoir pourquoi les hommes et les femmes célibataires sont enterrés séparément (les hommes avec les hommes, les femmes avec les femmes) ?

Les personnes décédées sont dispensées des Mitsvot et n'ont aucun mauvais penchant vers l'autre sexe.

C'est comme si on séparait les lits des nouveau-nés garçons des lits des nouveau-nées filles en pédiatrie.

Merci pour votre site.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
38848 réponses

Bonjour,

Votre argument est, effectivement, mentionné dans les écrits de nos maîtres. D'ailleurs, la séparation entre hommes et femmes dans les cimetières n'est mentionnée ni dans le Choul'han 'Aroukh, ni dans le Talmud, ni dans le Rambam. A ce sujet, voir Kol Bo Al Avélout [Rav Yekoutiel Yehouda Grinwald], page 179.

Il y a une Halakha semblable dans le Choul'han ‘Aroukh - Yoré Déa, chapitre 362, fin de la Halakha 3, mais il s'agit d'un autre cas de figure : enterrer côte à côte, un homme et une femme dans une même tombe [permis dans certains cas, mais de nos jours, inhabituel].

Depuis une certaine époque, on trouve des cimetières où il y a, soit, une rangée pour les hommes et une autre pour les femmes, soit, deux couples l'un à coté de l'autre mais ce sont les femmes qui sont côte à côte [homme A-épouse A-épouse B-homme B-homme C-épouse C-épouse D-homme D, etc.]. Voir Choul'han ‘Aroukh - Yoré Déa, chapitre 366, Halakha 3-4.

Rav Moché Feinstein traite de cette question [assez rigoureusement] dans Iguerot Moché, Yoré Déa, volume 1, réponse 241 et volume 3, réponse 148.

Si une telle coutume a vu le jour, c'est qu'avec le temps, il a paru très rabaissant, voire honteux, de placer côte à côte deux personnes n'ayant aucun attachement et qui, de leur vivant, n'étaient pas censées avoir des liens étroits. Après tout, on verrait mal, par exemple, un patron être enterré proche de sa secrétaire ou de sa voisine.

Beth Moed, volume 1, pages 266-267, Tsits Eliézer, volume Even Yaacov, chapitre 28, Divré Malkiel, volume 2, réponse 72, Ma'avar Yabok, chapitre 9, passage 381, Zohar, Parachat Chela'h Lekha, page 164a [avis assez rigoureux].

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Rabbi Yaakov Edelstein - une conduite exemplaire

Rabbi Yaakov Edelstein - une conduite exemplaire

Biographie journalistique du Rav Yaakov Edelstein : “Une échelle dont les pieds étaient à terre et la tête atteignait les cieux”

acheter ce livre

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN