Aujourd'hui à Paris
06:39 : Mise des Téfilines
07:40 : Lever du soleil
13:42 : Heure de milieu du jour
19:43 : Coucher du soleil
20:28 : Tombée de la nuit

Paracha Haazinou
Vendredi 25 Septembre 2020 à 19:23
Sortie du Chabbath à 20:26
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Ensemble Construisons le 1er centre d'étude et formation du Rav Kanievsky
Ensemble Construisons le 1er centre d'étude et formation du Rav Kanievsky

Pourquoi fait-on Ha'èts sur des myrtilles ?

Rédigé le Mardi 15 Janvier 2019
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

La professeur de ma fille lui a dit que pour les myrtilles et les mures, la Brakha est Ha'èts. Cependant, comme je l'ai appris, la Brakha des fraises ou des framboises est Haadama.

Quelle est la différence ?

Pouvez-vous m'expliquer pourquoi on fait Ha'ets sur les myrtilles et les mures ? Quelle est la justification ?

Merci d'avance.

La réponse de Rav Shimon GRIFFEL
Rav Shimon GRIFFEL
350 réponses

Bonjour,

On récite la bénédiction de Ha’ets sur les fruits d'une plante dont les branches ne fanent pas après la récolte mais produit des fruits plusieurs années de suite. Sur les fruits d'un plant qui fane après la production de fruits, la bénédiction sera Haadama.

C'est pourquoi, sur les mûres, dont les plants produisent des fruits plusieurs années de suite, on récitera Ha’ets. Par contre, les fraisiers ne produisent des fruits qu'une fois, puis meurent, on récitera donc sur les fraises, la bénédiction de Haadama.

De la même manière, on récitera Ha’ets sur les myrtilles. Le Michna Broura rapporte qu'il existe une coutume consistant à faire Haadama sur les myrtilles, parce que les myrtilles ne seraient pas considérées comme un véritable fruit. Cependant, de nos jours, cet usage n'existe plus.

Les framboises sont, elles, plus problématiques. Le framboisier pousse sur deux ans avant de donner des fruits, mais meurt juste après. Les décisionnaires débattent donc de la bénédiction de ce fruit. Selon le MIchna Broura, on récitera Ha'ets, mais selon le Taz et d'autres, on récitera Haadama. A cause de cela, Rav Chlomo Zalman Auerbach trancha de réciter Haadama, bénédiction qui acquitte le fruit même dans le cas où sa bénédiction est Ha’ets, a priori.

Voir Choul'han Aroukh 203, 2, Rama et Michna Broura sur place, Vézot Habrakha p. 389, 395, 398, alinéa 6 et 401, alinéa 59.

Nous restons à votre disposition, Bé'ézrat Hachem, pour toute autre question.

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Shimon GRIFFEL