Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
05:30 : Mise des Téfilines
06:42 : Lever du soleil
13:55 : Heure de milieu du jour
21:07 : Coucher du soleil
21:58 : Tombée de la nuit

Paracha Ekev
Vendredi 19 Août 2022 à 20:40
Sortie du Chabbath à 21:49
Afficher le calendrier

Pourquoi Mordékhaï n'a pas donné le Guèt à Esther ?

Rédigé le Jeudi 28 Janvier 2021
La question de Anonyme

Chavou'a Tov,

Pourquoi Mordékhaï n'a pas donné le Guèt à Esther ?

De cette façon, elle n'aurait pas été interdite pour lui ("Kaachèr 'Avadti 'Avadti").

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
31611 réponses

Bonjour,

Excellente question !

Pour la renforcer : certains de nos maîtres disent que, selon le Rivam [Rabbi Its’hak Bar Meïr, frère du Rachbam, un des petits-fils de Rachi], Esther était passible de mort puisqu’elle était mariée. Donc, Mordékhaï Hatsadik aurait dû lui donner le Guèt avant qu’elle se rende chez A’hachvéroch, afin qu’elle n’ait plus le statut d’une femme mariée, pour éviter une faute passible de mort [et pas simplement pour pouvoir la conserver en tant qu'épouse]. Bien qu’il lui était, tout de même, interdit de vivre avec ce roi méchant, mais la transgression d’une faute passible de mort aurait été évitée.

A trois endroits du Talmud [au moins], les Tossefot répondent à votre question. Dans le Talmud Méguila 15a, Yoma 82b et Sanhédrin 74b.

La réponse est la suivante : Mordékhaï Hatsadik ne voulait pas donner le Guèt à Esther, car il craignait que les deux témoins nécessaires au moment de la transmission divulguent l’information [intentionnellement ou non]. A’hachvéroch et Haman sauront qu’Esther est juive, ce qui pousserait Haman à la tuer avant même qu’elle ne parvienne au palais royal ou ce qui porterait atteinte aux étapes nécessaires pour la délivrance.

Certains de nos maîtres osent s’étonner face à la réponse de Tossefot : « Mordékhaï ne pouvait vraiment pas trouver deux témoins capables de garder leur bouche cousue ? », c’est pourquoi, certains d’entre eux proposent d’autres réponses et d’autres restent « bouche bée ». Voir Ya’rot Devach [Rav Yonathan Eïbshits], partie 2, 13.

Seconde réponse - Levouch / Maharam Lublin, réponse 123 / Rav Elyashiv dans Hé’arot sur Sota 18b, pages 90-91

Le Guèt qu’aurait donné Mordékhaï Hatsadik à Esther n’aurait pas été valable, car un Guèt donné à l’amiable ou uniquement pour une intention précise, et non suite à des discordes incessantes, n’est pas valable [la rupture partielle d’un tel Guèt n’est pas absolument complète].

Cette opinion n’est pas retenue dans la Halakha, mais Mordékhaï Hatsadik partageait cette opinion.

Certains ne sont pas d’accord avec cette réponse, car il est certain que Mordékhaï aurait donné un Guèt traduisant une volonté de rupture totale.

Troisième réponse - Cha’aré Ziv [Rav Yésha’ya Zéèv Winograd], volume 1, pages 393-394

Nos Sages, les ‘Hakhamim, disent :

Parfois, « Mieux vaut commettre une faute en ayant une bonne intention, plutôt que d’accomplir une Mitsva en ayant une mauvaise arrière-pensée ». Voir Talmud Nazir 23b, Horayot 10b.

Mordékhaï Hatsadik n’a pas donné le Guèt à Esther afin d’éviter le risque qu’elle fasse une Mitsva avec une mauvaise arrière-pensée [tirer profit de la faute]. Il a préféré qu’elle fasse une « faute » accompagnée d’une bonne intention [sauver son peuple].

Quatrième réponse - Zohar début de la Parachat Ki Tétsé / volume 3, page 276.

Mordékhaï Hatsadik n’avait pas besoin de donner le Guèt à Esther car celle-ci n’a jamais eu de rapports avec A’hachvéroch. C’est un démon envoyé par Mordékhaï qui la remplaçait.

Cinquième réponse - Kérem Yossef [Rav Yossef ‘Haï Siman Tov] sur Talmud Méguila, page 432-433.

Esther ne voulait pas recevoir le Guèt afin de conserver son statut de « femme d’un Tsadik », ce qui pourrait lui venir en aide dans sa mission.

Sixième réponse - Michnat Yossef [recueil], volume 25, page 268

Etant donné qu’il s’agissait d’un vrai cas de force majeure, Mordékhaï Hatsadik n’a pas ressenti le besoin de donner un Guèt à Esther, car, dans une telle éventualité, elle ne transgresse pas d’interdiction et elle ne lui sera pas interdite. Voir, aussi, Chvout Ya’acov, volume 2, réponse 117.

Tout n’a pas été dit à ce sujet. Voir Avné Choham [Rav Yéch'aya Chlomovits], volume Kislev-Adar, page 794, Kévaouni Lédorot [Maamarim Lé’hodech Adar], Rav Youval Sherlow, pages 203-217, Michebétsot Zahav sur Méguilat Esther, chapitre 4, pages 131-133, Méguilat Esther Ktav Hadat [Rav Mikhaël Madar], pages 128-129.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Questions au Rav Dayan (tome 6)

Questions au Rav Dayan (tome 6)

L’équipe Torah-Box est fière de vous présenter le tome 6 de la série “Questions au Rav Dayan”, composé de 350 questions reçues par des Juifs à travers le monde sur le site Torah-Box depuis l’année 2014 à partir de laquelle Rav Gabriel Dayan a commencé à y répondre avec une précision rare et une persévérance de tous les instants.

acheter ce livre

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN