Aujourd'hui à Paris
06:58 : Mise des Téfilines
08:05 : Lever du soleil
12:36 : Heure de milieu du jour
17:06 : Coucher du soleil
17:55 : Tombée de la nuit

Paracha 'Hayé Sarah
Vendredi 22 Novembre 2019 à 16:45
Sortie du Chabbath à 17:55


Hiloulot du jour
Rabbi David Ben Zimra (Ridbaz)
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

Prélever le Ma'asser sur la vente d'une maison achetée par ses parents

Rédigé le Jeudi 31 Janvier 2019
La question de Moshé T.

Bonjour Rav,

Il y a une discussion halakhique quant à savoir si l'on doit prélever le Ma'asser sur un objet ou une maison que des parents ont acquit pour leur enfant.

Mais si l'enfant vend l'objet ou la maison, sera-t-il obligé de prélever le Ma'asser ou puisqu'il a été exempté de Ma'asser à l'acquisition, il le sera aussi à la vente ?

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
17137 réponses

Bonjour,

1. L'enfant n'est pas tenu de prélever le Ma'asser de la valeur de la maison offerte par ses parents. Pour les différents avis, voir les références ci-dessous :

Rabbénou Yona dans Séfer Hayira, passage 63, Michné Halakhot, volume 12, réponse 241, Cha'aré Tsédek, chapitre 9, Halakha 5, 'Hout Chani, Hilkhot Chabbath, volume 2 [édition 5772], page 331, Béora'h Tsédaka, chapitre 10, Halakha 2 et 7.

2. D'après certains de nos maîtres, si la maison n'a pas été offerte pour y habiter, mais en tant que cadeau ou en tant qu’investissement, il faut "prélever" le Ma'asser de sa valeur. Mais de nombreux décisionnaires pensent que cela n'est pas obligatoire, étant donné que l'on ne prélève pas le Ma'asser d'un cadeau en nature - destiné à être utilisé -, mais uniquement d'un cadeau ou d'un gain en monnaie.

Voir Béora'h Tsédaka, chapitre 10, Halakha 2, 10 et la belle explication dans Cha'aré Tsédek, chapitre 9, note 10.

3. Si l'enfant vend la maison ou l'objet pour conserver les sommes - et non pour acheter un autre objet ou une autre maison -, il doit prélever le Ma'asser de la somme obtenue.

Voir Cha'aré Tsédek, chapitre 9, Halakha 5, Béora'h Tsédaka, chapitre 10, Halakha 3 [à propos d'un bien immobilier reçu en héritage].

Selon Rav Nissim Karelitz, cela n'est pas obligatoire.

Voir 'Hout Chani, Hilkhot Chabbath, volume 2 [édition 5772], page 331.

Note intéressante - matière à réflexion

Nous n'avons jamais entendu que l'on devrait prélever le Ma'asser des Michloa'h Manot reçus à Pourim. D'après ceux qui pensent que l'on doit prélever le Ma'asser des cadeaux en nature, quelle en est la raison ? Voir Michné Halakhot, seconde édition, réponse 246 et Yéchou'at Daniel, page 75.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN
Projet dédié par un généreux donateur