Aujourd'hui à Paris
06:34 : Mise des Téfilines
07:36 : Lever du soleil
13:44 : Heure de milieu du jour
19:49 : Coucher du soleil
20:34 : Tombée de la nuit

Paracha Haazinou
Vendredi 25 Septembre 2020 à 19:23
Sortie du Chabbath à 20:26
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Ensemble Construisons le 1er centre d'étude et formation du Rav Kanievsky
Ensemble Construisons le 1er centre d'étude et formation du Rav Kanievsky

Prénom déconseillé, quel risque ?

Rédigé le Samedi 14 Janvier 2017
La question de Fabrice A.

Bonjour,

Quel est le risque d'avoir un prénom insignifiant ?

Pourquoi certains prénoms sont déconseillés, et que faut-il faire si une personne porte un tel prénom ?

Merci.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
22148 réponses

Bonjour,

Voici ce qu’il faut savoir à ce sujet.

1. Le prénom attribué à un bébé influe d’une manière assez importante sur sa Néchama, sa personnalité et sur les actions qu’il accomplira de son vivant. C’est pourquoi, il faut faire un bon choix. Donc, tous les prénoms de personnes étant considérées par la Torah comme des Tsadikim peuvent être attribués à un bébé.

Voir Midrash Tan’houma, Parachat Haazinou, passage 7, Séfer ‘Hassidim, passage 244 et Véyikaré Chémo Béisraël, chapitres 2-3 de l’introduction, chapitres 1-2, Chémot Baarets, page 145.

2. Il faut éviter d'attribuer à un enfant un prénom qui n’est pas mentionné dans la liste des prénoms établie par les grands de notre génération.

3. Il ne faut surtout pas chercher ailleurs que dans notre sainte Torah et éviter, à tout prix, les nouveaux prénoms inventés dernièrement. De nos jours, nous n’avons pas le niveau spirituel requis pour inventer des prénoms. Voir Chémot Baarets, pages 36-37.

4. De nombreuses personnes souffrent de certains « maux », traversent des périodes très difficiles ou subissent certains torts, parfois cela est dû à leur prénom.

Voir Midrash Tan’houma, Parachat Haazinou, passage 7, Séfer ‘Hassidim, passage 244 et Véyikaré Chémo Béisraël, chapitres 2-3 de l’introduction, chapitres 1-2, Chémot Baarets, page 145.

Ces détails sont toujours face aux yeux de nos maîtres pour conseiller ou déconseiller un prénom aux heureux parents qui leur adressent une question.

5. Le prénom doit être attribué d'un commun accord entre le papa et la maman.

6. Si une personne que vous connaissez porte un prénom déconseillé et « ne sait plus quoi faire », contactez-nous de nouveau.

Je suis à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN