Aujourd'hui à Paris
05:22 : Mise des Téfilines
06:35 : Lever du soleil
13:56 : Heure de milieu du jour
21:15 : Coucher du soleil
22:07 : Tombée de la nuit

Paracha Réé
Vendredi 14 Août 2020 à 20:49
Sortie du Chabbath à 21:58
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box

Que répondre au "Juif athée" ?

Rédigé le Vendredi 14 Février 2014
La question de cohen s.

Chalom Rav.

Comment répondre à une personne juive âgée de 30 ans qui répète souvent qu'elle est athée ?

Je pense qu'il est préférable de ne pas soulever ce sujet, mais avez-vous un conseil ?

Merci.

La réponse de Rav Emmanuel MIMRAN
Rav Emmanuel MIMRAN
92 réponses

Bonjour,

Effectivement, il est généralement préférable d’éviter ce genre de sujet, car la plupart des gens qui affirment et répètent ce genre de choses ne veulent pas savoir qu’Hachem est bien présent, et donc ils n’accepteront pas nos paroles.

Cependant, si l’on sent que la personne qui tient ces affirmations est animée d’une véritable volonté d’avoir des réponses, ou si l’on pense pouvoir lui expliquer, ou encore s’il y a d’autres personnes présentes qui risquent d’être influencées, il faut répondre à cette personne.

Voici donc avec l’aide du Ciel, un moyen de répondre :

Un jour quelqu’un affirma à Rav Réouven Elbaz qu’il ne croyait pas en Hachem, 'Hass Véchalom. Le Rav le fit rentrer dans sa Yéchiva et lui dit : « Tu vois, ici se trouve près de 4000 livres. Combien en as-tu étudiés et lus ? La moitié ? Sûrement pas, le dixième ? Non plus ! Même le centième (40 livres) tu n’as pas étudié et il est possible que tu n’ais pas étudié un seul livre. »

« Si c’est ainsi, continua le Rav, comment peux-tu affirmer être athée ? Tu peux au maximum affirmer ne pas connaitre, mais comment dis-tu que tu ne crois pas ? Tu ne sais même pas que croire et quoi croire ! Etudie sérieusement (et pas juste pour me montrer que tu as raison) et seulement après je te croirai que tu ne crois pas… Mais maintenant, ce n’est pas que tu ne crois pas ; tu ne sais pas ! »

[Cet homme promit d’essayer et s’aperçut qu’effectivement il n’était pas athée mais ignorant dans ces sujets !]

Vous aussi, vous pouvez répondre à votre interlocuteur de la sorte. Il faut qu’il étudie et seulement après on pourra croire qu’il ne croit pas. Mais avant d’étudier sérieusement une bonne partie de la Torah, il ne sait pas ! Et vous savez, ne parlons même pas d’étudier beaucoup de livres. Que cette personne se procure un seul livre et le lise : La Révolution (au moins le tome 1), de Rav Zamir Cohen. On verra si après une lecture sérieuse et authentique de ce livre, cet homme pourra affirmer avec autant de conviction ce qu’il prétend actuellement !

Votre interlocuteur vous dira peut-être qu’il a déjà parlé à beaucoup de gens (certains appellent « beaucoup » 2 ou 3 personnes) et qu’il n’a pas eu de réponses, etc.

Mais sur cela aussi, il y a trois réponses :

Combien a-t-il étudié par rapport à l’immense Torah telle qu’elle nous est dévoilée actuellement (et l’on sait que l’on ne connait qu’une infime partie de l’immensité qu’elle représente !) ? Une question ici et là, cela ne s’appelle pas que l’on connaît assez de Torah ! C’est comme si un enfant qui vient de faire un ou deux cours au CP nous dit que d’après ce qu’il comprend, Albert Einstein s’est trompé dans ses calculs… Cet homme doit vérifier que ses questions sont réellement des questions et non pas des réponses ! En effet, certaines questions ne sont pas des questions mais sont des explications et des réponses à une conduite négative (on a beaucoup de questions afin de s’expliquer et d’expliquer pourquoi on n’accomplit pas les Mitsvot, 'Hass Véchalom…). Il est fort probable que les gens à qui il a posé ses questions ne savaient pas comment répondre ou expliquer les réponses. Mais lorsque l’on est malade, on va chez un médecin et non pas chez un ami (même si notre ami est en bonne santé…). De même quand l’âme est malade, il faut aller chez un médecin de l’âme (les Rabbanim qui s’occupent d’expliquer ces sujets) et non pas simplement chez une personne dont l’âme est en bonne santé (qui a une foi forte) !

Et puis, comme disaient plusieurs de nos maîtres, ceux qui prétendent ne pas croire en Hachem, 'Hass Véchalom, sont ceux qui ont le plus de croyance : ils doivent s’arranger pour croire à des milliers de théories sans aucun sens qui ont été inventées juste afin d’expliquer l’extraordinaire nature sans croire en Hachem (car encore une fois, le fait de savoir la présence d’Hachem oblige les gens sérieux à se conduire de façon digne et selon Sa volonté). Rav Ye’hezkel Levinstein disait que l’homme est ainsi capable de s’inventer de fausses "divinités" et croire des choses inimaginables, dans le seul but de pouvoir suivre son mauvais penchant sans avoir de mauvaise conscience.

Enfin, notre devoir est de prier pour tous nos frères et sœurs et que nous puissions tous croire en Hachem et Le servir sérieusement, amen ! Nous ne pouvons savoir ce que nous pouvons faire rien qu’en priant ! Qu’Hachem ait pitié de nous, amen ! 

Au revoir.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Emmanuel MIMRAN