Logo Torah-Box

Réciter le Kaddich pour un défunt dans plusieurs endroits en même temps

Rédigé le Mercredi 17 Janvier 2024
La question de Anonyme

Chalom Rav,

A-t-on le droit de réciter le Kaddich pour une personne décédée dans plusieurs synagogue à la fois ?

C'est-à-dire si les enfants ne sont pas en capacité de réciter un Kaddich pour leur père et veulent chacun de leur côté demander a leur synagogue de faire le Kaddich pour leur père, est-ce un problème ?

Cordialement.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
38378 réponses

Bonjour,

1. Il est permis de réciter le Kaddich pour un défunt à plusieurs endroits du monde. C'est ainsi qu'il est habituel d'agir depuis que le monde est monde. Chaque Kaddich récité est un immense mérite pour le défunt; donc, plus on en récite, mieux c'est.

2. Etant donné l'importance de cette prière, les endeuillés doivent la réciter afin de montrer à tous que viendra le jour de la résurrection et de la délivrance finale. Par la même, ils s'investissent de l'un des paragraphes les plus importants de notre Emouna, et offrent au défunt un immense mérite [ayant un proche investi de cette Emouna].

3. Pour des explications à ce sujet, cliquez sur ce lien : https://www.torah-box.com/question/la-force-du-kaddich_29895.html

4. Si le défunt a plusieurs garçons, ils ont, chacun, l'obligation de réciter le Kaddich durant l'année qui suit l'enterrement; et ce, quel que soit le pays où ils résident. S'ils ne savent pas réciter le Kaddich, ils ont, chacun, le devoir de mandater une personne pour cela - dans leur communauté ou ailleurs.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Brochure "Kodem La'hag - Eloul, Roch Hachana et Yom Kippour"

Brochure "Kodem La'hag - Eloul, Roch Hachana et Yom Kippour"

Programme d'étude quotidien pour se préparer aux lois et à l'esprit de la période "Eloul, Roch Hachana et Yom Kippour".

acheter ce livre

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN