Aujourd'hui à Paris
04:45 : Mise des Téfilines
06:08 : Lever du soleil
13:57 : Heure de milieu du jour
21:44 : Coucher du soleil
22:41 : Tombée de la nuit

Paracha Pin'has
Vendredi 26 Juillet 2019 à 21:19
Sortie du Chabbath à 22:35

Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

Rêver que ses dents se cassent

Rédigé le Vendredi 8 Février 2019
La question de Anonyme

Bonjour,

On dit que rêver de perdre ses dents est un mauvais rêve et qu'il faut jeûner le lendemain.

Qu'en est-il de rêver que ses dents se cassent ou s'effritent (mais pas qu'on les perd) ?

Pourriez vous me donner vos références s'il y en a ?

Merci.

La réponse de Rav Nethanel GAMRASNI
Rav Nethanel GAMRASNI
109 réponses

Bonjour,

La Guémara (Brakhot 55,56,57) explique longuement le sujet des rêves et prouve aussi que, souvent, le rêve est la conséquence d’une pensée ou d'une réflexion à ce sujet au cours de la journée passée.

Il est écrit dans le Choul'han Aroukh (chapitre 288, Halakha 5) au nom d’anciens livres qu'il existe trois rêves pour lesquels il faut jeûner Chabbath, dont celui que des dents se déracinent.

Sur place, le Michna Broura (15) ajoute que ce n'est que si ce jeûne est un plaisir pour la personne qui a rêvé qu'il lui sera permis de le faire (du fait qu'elle est très perturbée par le rêve, et qu'en jeûnant, cela lui apporte du réconfort). En aucun cas il n'est donc permis de jeûner Chabbath à une personne qui n’est pas de nature à prêter attention aux mauvais rêves, même pour ce rêve-ci.

Le Yalkout Yossef dans les lois de Chabbath (volume 1, page 380) écrit à ce sujet qu’il ne faut pas jeûner à Chabbath sur un mauvais rêve ni même sur l’un des trois rêves mentionnés dans le traité Brakhot, mais plutôt consacré cette journée à l'étude de la Torah et à la lecture de Téhilim, afin d’obtenir le pardon du ciel.

Si toutefois la personne est très perturbée et qu’elle sait que ses rêves se réalisent, elle pourra jeûner Chabbath.

Dans le Choul'han Aroukh (chapitre 220, Halakha 1,2), la Halakha dit que la personne qui a fait un mauvais rêve peut, grâce à la lecture d’un texte (voir dans les Sidourim) devant trois personnes, ou durant la bénédiction des Cohanim, changer ce mauvais rêve en bon, et d’ajouter que le jeûne a la force d’annuler un mauvais rêve, comme le lin se consume auprès du feu (à condition qu’elle jeûne le jour même qui suit le rêve - voir Chabbath 11a).

Le Michna Broura 6,7 sur place explique que tout cela est à condition que la personne fasse Téchouva, car sans cela, le jeûne n’a aucune valeur. De plus, le jeûne est facultatif alors que la Téchouva est essentielle.

Dans le traité Brakhot (56a), la Gémara nous démontre que les rêves dépendent de leurs interprétations pour le bien et le mal.

Dans le Chout Tachbets (volume  2, chapitre 128), il est expliqué que parfois les rêves sont prémonitoires lorsqu’ils proviennent d’un ange et parfois ils ne le sont pas, car il s’agit uniquement de l’œuvre des démons.

Voir également Yabi'a Omer (volume 1, chapitre 41,42).

Dans le livre Pitrone 'Halomot, il est expliqué que les démons se font un plaisir de faire peur aux gens dans les rêves, et de les voir jeûner pour cela les amuse.

Pour conclure, celui qui rêve que ses dents se déracinent n’a pas besoin de jeûner, et à plus forte raison votre rêve qui ne fait pas partie de la liste des trois rêves cités dans le Choul'han Aroukh. Si cela vous perturbe quand même, vous pouvez faire une "Hatavat 'Halom" auprès du Rav de votre communauté.

N.B : il est important de lire chaque soir avant de dormir le Kriat Chéma' Ché'al Hamita, qui protège également des mauvais rêves.

Kol Touv et faites de beaux rêves !

Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Nethanel GAMRASNI
Projet dédié par un généreux donateur