c Question au Rav : Saluer selon la Torah

Saluer selon la Torah

Rédigé le Mercredi 8 Septembre 2021
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

J'ai une question qui me trotte depuis pas mal de temps, je voulais savoir quel est le sens de "saluer" dans la Torah, aussi bien Halakha que Hachkafa ?

J'habite dans une ville où il y a beaucoup de juifs et l'on se connaît pour la plupart presque tous.

On se croise souvent dans la rue, à la synagogue, au Beth Hamidrach, ou autre, et je me rends compte avec désolation que des gens ne disent pas bonjour (pas tout le monde heureusement).

Doit-on saluer les gens (ami ou connaissance) qui ne nous disent pas bonjour s'ils passent à côté de nous ? Doit-on les ignorer ? Doit-on faire le premier pas ?

Quel est le sens de ce bonjour dans la Halakha ?

Merci.

La réponse de Rav Yona GHERTMAN
Rav Yona GHERTMAN
53 réponses

Chalom,

Dans les Pirké Avot, il est enseigné qu'il convient de saluer tout homme en premier (4, 15). On dit par ailleurs à propos de Rabban Yo'hanan Ben Zakaï qu'il devançait chaque personne pour le saluer, qu'il s'agisse d'un juif ou d'un non-juif (Brakhot 17a ; cf. également Guitin 62a). Il s'agit bien entendu d'un comportement à imiter.

Un autre enseignement nous apprend que celui à qui l'on a dit "Chalom" et qui ne répond pas est comparable à un voleur (Brakhot 6b). Cela a une conséquence pratique : si l'on sait que la personne ne nous répondra pas, on ne doit pas la saluer en premier, afin de ne pas la mettre en faute (Maharcha, Ibid ; cf. également  'Hachouké 'Hémed sur Brakhot 17a).

Selon ces sources, il paraît certain qu'il faut répondre aux personnes qui nous saluent, voire même qu'il faut les saluer en premier !

Par rapport à votre constat, j'ai remarqué moi-même la chose à plusieurs reprises et j'y ai beaucoup réfléchi. Il me semble que l'on doit prendre le problème sous deux aspects : 1. Ce que l'on doit faire nous-mêmes, 2. Juger favorablement ceux qui n'agissent pas ainsi.

1. Ayant connaissance des sources citées ci-dessus, il convient de saluer chacun et de répondre au salut.

2. On doit juger favorablement : la vie moderne va très vite, et entre le Beth Hamidrach, l'école des enfants, le travail, etc., nous sommes vite débordés. Aussi, des personnes vont passer à côté de nous sans nous saluer, car elles sont prises dans cette vie si (o)pressante... Mais ce n'est pas nécessairement par mauvaise volonté !

Et puis, c'est un cercle vertueux : en disant régulièrement bonjour à une personne qui ne le dit pas elle-même, elle le remarquera, puis vous dira aussi "Chalom", ainsi qu'aux autres qu'elle croisera,. Ainsi, le Chalom s'étendra autour de vous et de vos fréquentations.

Qu'Hachem vous apporte donc le Chalom, ainsi qu'une Chana Tova Oumétouka, Végmar 'Hatima Tova.

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Yona GHERTMAN