Logo Torah-Box

Séfer Torah sur un parchemin Machoua'h

Rédigé le Lundi 23 Juin 2014
La question de Anonyme

Chalom Rav,

Certains Sifré Torah sont recouverts d'une fine pellicule de "chaux" blanche, une sorte de laque, qui permet au Sofer d'écrire plus facilement et plus rapidement, car le parchemin devient lisse, on appelle cela le parchemin "Machoua'h".

Grâce à cela, l'écriture est plus belle.

Ce procédé pose t-il un problème au niveau de la Halakha ou pas ?

Toda.

La réponse de Rav Freddy ELBAZE
Rav Freddy ELBAZE
1896 réponses

Chalom,

Il y a une Braïta dans le Traité Chabbath 79 qui enseigne : c'est une Halakha de Moché au Sinaï (décret Divin), que l'on ne peut écrire un Séfer Torah, des Téfilines ou une Mézouza STAM que sur du Klaf (parchemin).

On apprend de là que tout autre support que le Klaf n'est pas conforme à la Halakha pour l'écriture de STAM. A priori, quand un Klaf est "Machoua'h", cela devrait poser un problème, car l'écriture n'adhère pas sur le Klaf lui-même, mais sur la laque.

Sur ce sujet, les décisionnaires se sont beaucoup prononcés. Dans le Chout Panim Méïrot, il est rapporté qu'un Séfer Torah écrit sur un Klaf Machoua'h ne posait aucun problème, car il est enseigné dans la Guémara Soucca 37, que tout ce qui sert à "embellir" ne constitue pas de Hefsek (interruption); dans notre cas il n’y aurait pas d'interruption entre l'encre et le parchemin. Au contraire, dit le Panim Méïrot, ce procédé permet une plus belle écriture du Séfer Torah.

Ainsi a tranché le Guivat Pin’has, le Zéra' Emet et beaucoup d'autres décisionnaires.

Cependant, d'autres décisionnaires considèrent Passoul un Séfer Torah écrit sur un parchemin Machoua'h. Ainsi, le Mélékhet Chamaïm a argumenté en disant que tout un chacun ne peut pas décider ce qui est considéré comme embellissement.

Aussi, le Torah Lichma (Rav Yossef ‘Haïm de Bagdad) n'autorise pas ce genre de Séfer Torah à cause du problème de ‘Hatsitsa (interruption entre l'encre et le parchemin) et apporte pour preuve la Guémara Roch Hachana, où il est enseigné que si un Chofar est recouvert d'or pour le décorer, il ne sera pas apte pour accomplir la Mitsva. Donc ce qui sert à embellir, peut parfois constituer une ‘Hatsitsa.

Maran Rav Ovadia Yossef apporte pour preuve, afin de permettre ce genre de parchemin, un "Richon", élève du Maharam de Rottenbourg, le "Baroukh Chéamar", qui rapporte un procédé ancien qui ressemble à celui de "Machoua'h", et qui est largement autorisé.

Cependant, Maran Rav Ovadia Yossef fait une distinction entre le Séfer Torah et les Téfilines et Mézouzot.

En effet, le procédé de "Machoua'h" n’est autorisé que pour le Séfer Torah, ceci pour plusieurs raisons, conformément à l’opinion du Rambam qui autorise de dire les Brakhot de la Torah sur un Séfer Torah "Passoul" ; mais pour les Téfilines et les Mézouzot, il convient d'être exigent, et de ne pas utiliser ces objets de cultes lorsqu'ils sont "Machoua'h".

Kol Touv.

Argent et Halakha

Argent et Halakha

Livre-référence sur les droits et devoirs de l'homme en société, plus particulièrement dans le domaine civil et économique. 

acheter ce livre télécharger sur iTunes

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Freddy ELBAZE