Aujourd'hui à Paris
05:22 : Mise des Téfilines
06:35 : Lever du soleil
13:56 : Heure de milieu du jour
21:15 : Coucher du soleil
22:07 : Tombée de la nuit

Paracha Réé
Vendredi 14 Août 2020 à 20:49
Sortie du Chabbath à 21:58
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box

Un cheveu sépare le Gan Eden du Guéhinam

Rédigé le Mardi 2 Juin 2020
La question de Moché T.

Chalom cher Rav,

J’ai entendu que la différence entre le Gan Eden (paradis) et le Guéhinam (enfer) est "Ké'hout Hassé'ara", aussi fin qu'un cheveux.

Pouvez-vous me donner la référence de cette affirmation et une explication ?

Merci pour votre aide.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
21563 réponses

Bonjour,

L'enseignement en question est rapporté dans de nombreux ouvrages contemporains mais il ne se trouve pas dans les écrits de nos Sages; ni dans les deux Talmud, ni dans les différents Midrashim que nous possédons aujourd'hui.

Dans l'édition du Cha'aré Tsédék de l'année 5641, Rabbi Yossef Gikatilia le rapporte mais sans le mentionner au nom de nos Sages.

Dans le Yalkout Chim'oni, passage 976 sur Kohélet il est dit qu'un mur épais d'un Téfa'h [8-10 centimètres] sépare le Gan Eden du Guéhinam.

Rachi sur Vayikra, chapitre 20, verset 25 et chapitre 11, verset 47 explique au nom de nos Sages dans Torat Cohanim que la différence entre une bête cachère et une bête qui ne l'est pas n'est que d'une très faible épaisseur - celle d'un cheveux : la différence entre l'animal dont la moitié [50%] de la trachée artère à été tranchée - et qui n'est pas cachère - et celui dont la majeure partie [51%] a été tranchée et qui est permis.

Donc, la différence entre le Gan Eden et le Guéhinam est bien l'épaisseur d'un cheveu.

Ce même Midrash est rapporté dans le Méssilat Yécharim, chapitre 11.

En fait, il est développé par tous nos maîtres afin que l'on prenne conscience que parfois, une simple pensée ou un simple geste peuvent modifier, radicalement, la nature d'une action [et la transformer de Mitsva en faute, parfois très grave]. Un des exemples les plus connus : le 'Hamets où il suffit de quelques secondes d'inattention pour que le produit fini ne soit pas de la Matsa ou, encore, le Lachone Hara' où, une simple intonation ou un simple mouvement du visage peuvent transformer un récit innocent en calomnie atroce.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN