Aujourd'hui à Paris
06:54 : Mise des Téfilines
07:56 : Lever du soleil
13:05 : Heure de milieu du jour
18:13 : Coucher du soleil
18:59 : Tombée de la nuit

Paracha Michpatim
Vendredi 21 Février 2020 à 18:02
Sortie du Chabbath à 19:10


Hiloulot du jour
Rav Mena'hem Mendel De Kotzk
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

Une âme nous entend-elle ?

Rédigé le Vendredi 15 Novembre 2019
La question de Anonyme

Bonjour,

Je voudrais savoir si les âmes restent parmi nous ?

Est-ce qu’elles nous observent et nous entendent quand on parle avec elles instinctivement, lorsqu'il s’agit de nos parents, par exemple ?

La réponse de Rav Yossef 'Haïm BENHAMOU
Rav Yossef 'Haïm BENHAMOU
262 réponses

Chalom Ouvrakha,

La Guémara Chabbath (153a) nous enseigne que, durant les oraisons funèbres, le défunt est présent pour nous écouter.

Récemment, il y a eu un accident de voiture, où la voiture est tombée dans un ravin et tous ses occupants sont morts sur le coup, sauf un enfant qui était gravement blessé au ventre. Un paramédic arriva en premier sur les lieux et vit que l’enfant agonisait. Vu la gravité de l’accident, il pensait qu’il n’y avait plus rien à faire, mais un vieil homme est venu le voir et lui demanda pourquoi il ne s’occupait pas de l’enfant. Ainsi, il donna du courage au paramédic qui commença à donner les premiers soins à l’enfant. Baroukh Hachem, cet enfant survécut !

Lorsque le paramédic s’enquit de savoir qui était ce vieil homme qui l’avait  encouragé à soigner l’enfant blessé, il finit par apprendre qu’il s’agissait du grand-père de l’enfant, un grand Tsadik, disparu quelques années auparavant, qui lui était apparu pour lui faire comprendre que l’enfant avait encore une chance de vivre.

Ceci est une histoire parmi tant d’autres où les défunts prennent une part active dans la vie des mortels.

Cependant, comme dans cette histoire et dans la Guémara, la présence des défunts n’est pas permanente et ne se fait que de temps en temps, si nécessaire et s'il s’agit d’un sage .En outre, il est interdit de créer une connexion avec eux, car cela serait de la 'Avoda Zara (idolâtrie) qui s’appelle "Ov" dans la Torah (Dévarim 18,10).

De même, il est interdit de faire toute forme de spiritisme pour appeler ou communiquer avec les morts.

Cependant, on peut prier pour eux et leur demander d’intercéder auprès de D.ieu, et, s'ils ont du mérite, ils peuvent aider.

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Yossef 'Haïm BENHAMOU
Projet dédié par un généreux donateur