Aujourd'hui à Paris
04:25 : Mise des Téfilines
05:51 : Lever du soleil
13:49 : Heure de milieu du jour
21:46 : Coucher du soleil
22:45 : Tombée de la nuit

Paracha Nasso
Vendredi 5 Juin 2020 à 21:31
Sortie du Chabbath à 22:55

Hiloulot du jour
Rav Yaakov 'Haïm Sofer (Kaf Ha'hayim)
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box

Voir des films en streaming, permis ?

Rédigé le Lundi 16 Janvier 2017
La question de Dan T.

Bonjour Rav,

Est-il permis de regarder des films en streaming (sans parler des problèmes de Tsniout...) ou est-ce considéré comme du Guézèl (vol) ?

Sachant que le streaming est un principe utilisé principalement pour l'envoi de contenu en « direct » (ou en léger différé). Très utilisé sur Internet, il permet de commencer la lecture d'un flux audio ou vidéo à mesure qu'il est diffusé.

Merci de votre réponse.

Kol Touv.

La réponse de Rav Reouven COHEN
Rav Reouven COHEN
77 réponses
Chalom,

Il y a une controverse entre les décisionnaires des derniers siècles (A'haronim) et les contemporains au sujet de la propriété intellectuelle.

Le Choel Ouméchiv (A, 44) considère cela comme un acte de vol, même si cela ne porte pas préjudice à l'auteur, car la sagesse est propriété de celui qui le produit. Le Nétsiv (Méchiv Davar 24) partage cet avis, ainsi que le Rav Eliachiv.

D'autre part, certains décisionnaires ne considèrent pas la production artistique ou autre comme une propriété, car elle est virtuelle.

C'est ce qu'il est donné de comprendre du Rama lorsqu'il interdit d'acheter un livre de Rambam qui ne serait pas publié par untel, en arguant l'avis d'Aviassaf (rapporté par le Beth Yossef 156), selon lequel on ne pourra ouvrir un magasin dans une ruelle où il y en a un autre. C'est donc qu'il n'y a pas de propriété, mais plutôt des lois de concurrence.

C’est aussi l'avis du 'Hatam Sofer ('Hochen 69) qui interdit cette forme de copiage en menaçant d'excommunions etc.

Il semblerait que ce soit l'avis de beaucoup de décisionnaires si l'on se réfère à leurs lettres d'approbation aux livres de leurs contemporains. En effet, ils interdisent le copiage par la force d'excommunions etc., et non par souci d'éviter le vol de la propriété intellectuelle (voir la préface de 'Havot Yaïr dans laquelle les préfaciers interdisent de publier son livre durant une période de 10 ans).

C’est l'avis que retiennent le Rav Bentsion Abba-Chaoul, le Rav Chlomo Zalman Auerbach, et le Tsits Eliezer (18, 80).
 
Face à cette controverse entre les grands du monde de la Halakha, il est donc évident qu'il est décent de s'abstenir de copier et de voler une propriété intellectuelle. D’autant plus que la production intellectuelle est aujourd'hui une forme de Parnassa, et que les artistes investissent beaucoup de fonds et d'efforts.

Kol Touv.
Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Reouven COHEN