Cette histoire commence à New York il y a 30 ans. Dana Streeve, une jeune fille adoptée, grandit dans la Torah, mais son enfance n’est pas très joyeuse. Même si elle a tout pour être heureuse, Dana a des doutes sur son judaïsme depuis qu’elle est petite, sans pouvoir expliquer pourquoi.

Comme elle est élevée dans une famille orthodoxe, ce mode de vie est le seul univers qu’elle connaît. C’est pourquoi elle ne parle à personne de ses sentiments négatifs sur la religion, tout en continuant à mener la vie d’une adolescente orthodoxe, par défaut.

Mais une année, durant Pourim, tout bascule. A l’occasion de la fête, Dana et ses amies mettent des perruques de couleur bleu vif et se maquillent exagérément. La mère adoptive de Dana tente de raisonner sa fille en lui disant que ce déguisement ne respecte pas l’esprit de Pourim, allant même jusqu’à lui dire qu’elle ressemble à une non-juive, mais Dana ne tient pas compte de sa remarque et continue à faire la fête avec ses amies.

Le soir même, le Rav qui s’est occupé de l’adoption de Dana se présente à la porte de la famille Streeve. Il prend une grande inspiration et leur annonce :

- Je suis désolé de vous l’apprendre, mais il y a eu une terrible erreur à propos de l’adoption de Dana. Je viens de découvrir que sa mère biologique n’est pas juive, ce qui, d’après la Halakha, fait de Dana également une non-juive.

Cette nouvelle fait l’effet d’une bombe dans la famille. La mère adoptive en tombe malade, tandis que le père fait une déprime. Quant à Dana, elle est complètement bouleversée. Toute sa vie, elle a grandi comme une juive, et maintenant, on lui dit qu’elle ne l’a jamais été. Elle comprend à présent pourquoi elle ne ressent aucune attirance pour le judaïsme…

Peu de temps après, la mère biologique de Dana arrive à New York. Dana éprouve des sentiments mitigés, mais elle refuse de la voir. Après des semaines de pleurs et ne sachant pas à qui s’adresser, Dana et ses parents adoptifs se rendent chez un grand Rav pour se faire conseiller. Le Rav explique à la jeune fille que si elle le souhaite, elle a la possibilité de se convertir, mais il lui demande d’abord de réfléchir avant de prendre sa décision.

Mais Dana n’arrive pas à faire un choix, et finalement, elle décide de rencontrer sa mère biologique, Martha, pour avoir son avis sur la question. Elle part même vivre avec elle durant un mois, loin de ses parents adoptifs et de son mode de vie religieux, afin de déterminer si elle peut vivre sans le judaïsme. Martha, très gentille et compréhensive, ne presse pas sa fille à prendre une décision et lui dit que le moment venu, elle saura quoi faire.

Après une longue réflexion, Dana explique à sa famille adoptive qu’elle renonce à se convertir. Elle a pris conscience que si elle se convertissait, ce serait juste à cause d’un sentiment de culpabilité et dans le but de ne pas vexer ses parents adoptifs. Au fond d’elle-même, elle sait qu’elle ne ressent rien pour le judaïsme.  

Quelques années plus tard, Dana se marie et s’installe dans le Michigan, où elle donne naissance une petite fille qu’elle appelle Emily. Les années passent, Emily grandit et devient une jeune femme.

Un jour, avant Pourim, Emily amène à la maison un jeune homme, Simon, qui affirme sur lui-même qu’il était "autrefois Juif". Lorsque Simon explique à Dana que la fête juive de Pourim approche, elle fait mine de ne pas comprendre. Simon commence alors à divertir Emily et Dana par un petit one-man show de Pourim, et en plein sketch, de manière inattendue, Simon demande à Dana la main d’Emily.

Dana répond à Simon :

- Même si vous avez abandonné votre religion, vous êtes quand même Juif, c’est pour ça que je vous interdis d’épouser Emily. Un Juif ne doit pas épouser une non-juive !

Surpris par cette réponse, Simon lui dit :

- Je ne comprends pas. Pourquoi une femme non-juive voudrait interdire à un Juif d’épouser sa fille ?  

Dana lui explique alors les événements qu’elle a vécus dans son enfance. Grâce à son éducation juive, elle sait très bien qu’un Juif ne peut en aucun cas se marier avec une non-juive. Touché par son récit, Simon quitte la maison et peu de temps après, il décide de déménager.  

Quelques années plus tard, à nouveau avant Pourim, Dana a la surprise de recevoir des Michloa’h Manot (des paquets de nourriture que l’on s’offre à Pourim). Plus surprenant encore, elle y trouve une photo d’un jeune homme avec une barbe et une Kippa, et une carte d’invitation à un mariage. Sur la photo, Dana reconnaît Simon, appelé désormais Chimon. Inspiré par le discours de Dana quelques années plus tôt, il avait exploré son héritage et était devenu un Baal Téchouva, un Juif pratiquant. Et maintenant, Chimon invitait Dana à son mariage !

Cette histoire prouve de façon magistrale qu’Hachem dirige le monde dans ses moindres détails, et que dans la vie, absolument rien n’est le fruit du hasard.