Chaque jour de Souccot, nous jouissons d’un mérite exceptionnel : nous recevons des hôtes prestigieux qui ne sont autres que les pères de la nation... et ce soir, il s'agit d'Avraham Avinou ! Nous avons la coutume de dire des paroles de Torah concernant l’invité du jour. Ainsi, l'équipe Torah-Box a jugé bon de vous en parler, ainsi que vous aussi, vous en parliez à table sous la Soucca...

Avraham Avinou fut le premier à reconnaître l’existence de D.ieu, à s’y attacher et à propager la croyance dans le monde. Il se leva contre toutes les théories hérétiques répandues alors. Rien ne pouvait le détacher de sa croyance, pas même les dix épreuves qu’il eut à subir et qu’il surmonta. Il construisit les fondations du peuple d’Israël et sema en nous la qualité de Ivriout, le fait de se tenir du côté opposé, se lier à D.ieu et à la Torah envers et contre tout.

D.ieu a dit à Avraham : « Si ce n’était toi, Je n’aurais pas créé le ciel et la terre ; si ce n’était toi, Je n’aurais pas créé le soleil ; si ce n’était toi, Je n’aurais pas créé la lune ! » (Béréchit Rabba 48, 8)

Avraham reconnaît son Créateur

Avraham Avinou grandit dans une maison où tous croyaient en des idoles et se prosternaient devant elles. C’était l’époque du règne d’un roi appelé Nimrod. Ce dernier, bien que connaissant son créateur, se rebellait (en hébreu, limrod) contre Lui. 

Comment, dans ces conditions, Avraham Avinou parvint-il à la vérité et à la croyance en Hachem ?

En n’ayant de cesse de la rechercher ! C’est cette volonté forte et authentique de dévoiler une vérité sans compromis qui le fit réussir dans cette entreprise, même dans cet océan de mensonge qui l’entourait.

Nos Sages, de mémoire bénie, disent : « Le matin, quand Avraham vit le soleil briller à l’Est, il pensa : c’est D.ieu ! C’est lui le roi qui m’a créé. Et il lui destina ses prières toute la journée. Le soir, lorsqu’il vit le soleil se coucher et la lune briller, il dit : c’est sûrement elle qui domine aussi le D.ieu auquel j’ai adressé mes prières ce matin, c’est elle qui a le dessus. Et toute la nuit, il pria la lune. Le matin suivant, il vit que l’obscurité disparaissait et que la lumière apparaissait du côté Est. Assurément, il y a au-dessus un roi qui les dirige. Lorsqu’Hachem vit avec quelle volonté il Le recherchait, Il se dévoila et se mit à lui parler ». (Zohar I, 86a)

Avraham alla à la Yéchiva des deux guides de la génération, Chem et 'Ever, pour étudier la Torah. Au fil des années, il l’acquit toute entière et devint lui-même un sage. 

 

Les dix épreuves

« Avraham Avinou fut soumis à dix épreuves et il triompha de toutes, ce qui nous prouve combien son amour pour D.ieu était grand ». (Pirké Avot 5, 3)

Quelles étaient ces dix épreuves ?

1 - Our Kasdim. 2 – « Va pour toi de ton pays » (Lekh Lékha). 3 - La famine en pays de Cana'an. 4 - L’enlèvement de Sarah par Pharaon. 5 - La guerre contre les quatre rois. 6 - L’alliance entre les morceaux. 7 – Brith-Mila (circoncision) à l’âge de 99 ans. 8 - L’enlèvement de Sarah par Avimélekh. 9 - Le renvoi d’Hagar et d’Yichmaël. 10 - Le sacrifice d’Its’hak. (Barténoura sur Pirké Avot 5, 3)

 

La première épreuve : Our Kasdim 

Téra’h, le père d’Avraham, était fabricant de statues. Une fois, il partit en voyage et laissa son fils Avraham comme vendeur à sa place. Quand quelqu’un se montrait intéressé, Avraham se tournait vers lui et lui demandait : « Quel âge avez-vous ? » La réponse pouvait être : « j’ai 50 ou j’ai 60 ans ». Alors, Avraham disait : « Honte à cet homme qui a 60 ans et veut se prosterner devant une statue âgée d’un jour ! » L’homme, gêné, s’en allait. Une femme entra une fois avec une assiette contenant de la farine et lui dit : « Ceci est pour toi, donne-la en offrande aux idoles ». Avraham tenta de la dissuader comme il le faisait d’habitude, mais n’y parvint pas. Elle posa le plateau et s’en alla. Que fit-il ? Il prit un bâton et brisa toutes les statues. Puis, il attacha celui-ci aux mains de la plus grande. De retour, Téra’h fut décontenancé par le spectacle qui s’offrait à ses yeux. Il demanda : « Qui leur a fait cela ? » Avraham lui répondit malicieusement : « Que vais-je te cacher, mon père ? Une femme est venue et m’a demandé d’offrir aux statues de la farine. J’ai accepté et à peine ai-je posé l’assiette qu’elles ont commencé à se quereller. L’une disait à l’autre, c’est moi qui commence à manger, l’autre répondait, non c’est moi. Alors, la plus grande s’est emparée d’un bâton et les a toutes brisées. Téra’h se fâcha et dit : « Qu’est-ce que tu veux me faire croire, est-ce qu’elles peuvent réfléchir ? » Avraham répondit : « Que tes oreilles entendent ce que ta bouche dit ! »

Fulminant de colère, Téra’h s’empara d’Avraham et le livra aux mains de Nimrod

Avraham fut placé à l’intérieur de la fournaise dans un village qui fut appelé par la suite Our Kasdim. Immédiatement, Hachem Lui-même descendit et refroidit les flammes, permettant ainsi à Avraham de circuler librement dans la fournaise. (Traité Pessa’him, 118a)

Quand Nimrod vit cela, il ordonna qu’on retire Avraham du brasier. Mais celui qui essayait un tant soit peu de s’approcher se voyait immédiatement brûlé par la chaleur intense. Nimrod se soumit et appela Avraham : « Toi, le serviteur loyal du D.ieu des cieux, grand, béni et authentique, sors ! » Nimrod remit à Avraham de nombreux cadeaux et deux de ses meilleurs serviteurs. L’un d’eux était Eliézer

 

La deuxième épreuve : « Va pour toi » (« Lekh Lékha »)

«Hachem dit à Avram : Va pour toi hors de ton pays, de ton lieu de naissance et de la maison de ton père, vers le pays que Je te montrerai… Avram s’en alla comme lui parla Hachem… Avram prit Saraï sa femme, et Lot fils de son frère, et tous leurs biens qu’ils acquirent et les âmes qu’ils firent à ‘Haran. Ils sortirent pour aller au pays de Cana'an, ils arrivèrent dans le pays de Cana'an ». (Béréchit 12, 1-5)

Avraham Avinou fit renaître de nombreuses âmes, en les faisant entrer sous les ailes de la Présence Divine. Sarah en fit de même et rapprocha de nombreuses femmes du service d’Hachem. « Avraham convertissait les hommes et Sarah convertissait les femmes ». (Rachi [Béréchit 12, 5])

 

Une grande épreuve !

« Va pour toi de ton pays, de ton lieu de naissance, de la maison de ton père » - tout ceci nous montre l’ampleur de l’épreuve - « car l’homme éprouvera de grandes difficultés à quitter le pays dans lequel il réside, à abandonner ses amis et ses proches, à plus forte raison lorsqu’il s’agit de son pays d’origine et encore plus si la maison de son père s’y trouve. C’est pour cette raison qu’Hachem fut obligé de lui dire de tout laisser au nom de son amour pour Lui ! » (Ramban [Béréchit 12, 1])

Hachem ne lui dévoila pas la destination afin qu’il attende et désire ce moment, où il parviendrait au pays qui lui avait été destiné. Ainsi, celui-ci deviendrait plus cher à ses yeux. (Midrach Tan’houma, Lekh Lékha 3 ; Ramban [Béréchit 12, 1] ; Midrach Béréchit Rabba, 39)

 

La troisième épreuve : la famine en Terre de Cana'an

« Il y eut une famine dans le pays, Avram descendit en Egypte pour y séjourner, car la famine était lourde dans le pays ». (Béréchit 12, 10)

Quelque temps après l’installation d’Avraham Avinou en Terre d’Israël, la famine sévit durement. Seul ce pays était touché. Ceci constitua une nouvelle épreuve : allait-il y avoir une pensée de révolte contre la parole d’Hachem ? En effet, D.ieu lui avait dit de se rendre en pays de Cana'an et maintenant Il l’obligeait à en sortir. (Rachi [Béréchit 12, 10])

 

La quatrième épreuve : l’enlèvement de Sarah par Pharaon

Avraham se rendit en Egypte. Cependant, une crainte commençait à l’envahir : « Ce fut comme il se rapprochait d’Egypte, qu’il dit à Saraï sa femme : Voici donc je savais que tu es une belle femme. Ce sera, lorsque les Egyptiens te verront, qu’ils diront : C’est sa femme ! Ils me tueront, et ils te laisseront vivre. Dis, je te prie, que tu es ma sœur. Pour que je me porte bien à cause de toi, que mon âme vive grâce à toi ». (Béréchit 12, 11-13)

Avant d’entrer en Egypte, Avraham tenta de camoufler la présence de Sarah. Il la fit entrer dans un coffre qu’il transporta ainsi avec lui.

Les douaniers en forcèrent l’ouverture et découvrirent Sarah. La nuit où Sarah fut capturée, c’était Pessa’h. Elle ne cessa de prier : « Maître du monde, Tu nous as ordonné de partir de notre pays d’origine. Nous avons exécuté cet ordre, avons souffert en chemin et erré dans des villes étrangères. Père miséricordieux, sauve-moi des mains de ce méchant, qu’il ne puisse pas me faire de mal ! »

Hachem lui dit : « Tout ce que Je fais, Je le fais pour toi ! » Et ainsi, pendant toute la nuit, un ange se tint aux côtés de Sarah, armé d’un fouet et d’un bâton. Il lui dit : « Je suis à tes ordres ! Si tu me dis de frapper, je frappe. Si au contraire tu me dis de cesser, alors je cesse ».

En effet, quand Pharaon essaya de s’approcher de Sarah, immédiatement l’ange le rua de coups. De plus, Hachem le fit souffrir, ainsi que les membres de sa famille, d’ulcères très douloureux. Même les murs de son palais furent touchés. (Midrach Béréchit Rabba 41, 2)

Alors : « Pharaon appela Avram, il dit : Qu’est-ce que tu m’as fait ? Pourquoi ne m’as-tu pas raconté qu’elle est ta femme ? Pourquoi as-tu dit « elle est ma sœur » [de sorte que] je l’ai prise pour moi comme femme ? Et maintenant, voici ta femme, prends-la et va-t-en ! » (Béréchit 12, 18-19)

Pharaon renvoya Avraham avec de grands honneurs et lui offrit de nombreux présents.

 

La cinquième épreuve : La guerre contre les quatre rois

Une terrible guerre se déroula en Terre d’Israël dans la région de la mer Morte, entre les cinq rois de la région de Sedom et quatre rois puissants dirigés par Kedorla'omer. C’était la première guerre de l’histoire qui opposait des pays. Avraham fut contraint d’y participer pour sauver Lot, le fils d’Haran, son frère.

Une guerre miraculeuse 

Avraham et Eliézer sortirent miraculeusement vainqueurs de cette guerre contre les quatre rois, avec une facilité déconcertante. Pas même un grain de poussière ne vint se poser sur leurs pieds durant le combat ! (Psikta Rabbati Hossafa 2, 2)

Avraham et Eliézer saisissaient de la poussière, la lançaient et elle se transformait en épées. Ils prenaient de la paille, elle se transformait en flèches. Comme il est dit (Yéchaya 41, 2) : « Son glaive réduit les choses en poussière, son arc fait de tout une paille qui s’envole ». (Traité Sanhédrin, 108b)

 

La sixième épreuve : L’alliance entre les morceaux

« Après ces choses-là, fut la parole d’Hachem vers Avram, dans la vision, en disant … Prends-Moi une triple génisse, et une triple chèvre, et un triple bélier, et une tourterelle et un jeune oiseau… Fut le soleil se couchant, une torpeur tomba sur Avram, et voici une angoisse, une grande obscurité tomba sur lui. Il dit à Avram : savoir, tu sauras, que sera étrangère ta descendance sur une terre qui [ne sera] pas la sienne… Ce fut, le soleil couché, et l’obscurité était. Et voici qu’un tourbillon de fumée et une torche de feu passèrent entre ces morceaux-là. Ce jour-là, Hachem conclut avec Avram une alliance, en disant : A ta descendance J’ai donné cette terre ». (Béréchit 15)

Hachem a conclu une alliance particulière avec Avraham Avinou. Il lui divulgua de grands secrets et entre autres, ce que serait le futur de ses enfants au fil des générations, les amères difficultés de l’exil, l’asservissement à tous ces différents peuples et au final la libération (Guéoula) future. 

Le Midrach dit : D.ieu a montré à Avraham Avinou les quatre puissances qui allaient asservir ses enfants dans le futur comme il est dit : « Et voici, une angoisse, une grande obscurité tomba sur lui ». « Tomba », c’est la royauté de Bavel (Babylonie) [sur laquelle il est écrit « Bavel tomba »]. « Grande » se réfère à la royauté de Madaï [comme il est dit « Grand est le roi A’hachvéroch »]. « Obscurité », c’est la royauté grecque qui obscurcit les yeux du Peuple d’Israël par de durs décrets. « Angoisse » nous renvoie à l’empire d’Edom [comme il est dit sur lui, frayeur, angoisse et dureté …]. (Mékhilta, Yitro Dev'hadach 9)

Hachem lui montra encore quatre autres choses : la Torah [comme il est dit : « une torche de feu »], les sacrifices [comme il est dit : « une triple génisse »], le Guéhinam [comme il est dit : « un tourbillon de fumée »], les empires [qui, dans le futur, asserviront les Bné Israël, comme il est dit : « une angoisse, une grande obscurité tomba sur lui »]. Hachem dit à Avraham : « Tout le temps où tes enfants s’occuperont des deux premières, qui sont la Torah et les sacrifices, ils seront sauvés des deux dernières c’est-à-dire du Guéhinam et des empires. (Psikta déRav Cahana)

 

La septième épreuve : La Mitsva de Brith-Mila

Avraham Avinou était âgé de 99 ans lorsqu’il reçut l’ordre d’Hachem de se circoncirece qui rendait l’épreuve encore plus difficile. 

Cependant, Hachem ordonna qu’il se circoncise à un âge aussi avancé afin de permettre à n’importe quel non-juif qui voudrait se convertir et rejoindre le Peuple d’Israël de le faire même tardivement.(Mékhilta, Michpatim 18)

Avraham ne se contenta pas de réaliser cette Mitsva sur lui-même, mais il circoncit aussi Yichmaël, son fils, et tous les habitants de sa maison. 

C’est précisément après qu’Avraham Avinou se soit circoncis qu’il mérita d’avoir une descendance et de recevoir la nouvelle de la naissance d’Its’hak. Jusqu’à présent, son nom était "Avram" et à partir de là, Hachem lui rajouta la lettre ‘hé’ en hébreu. Son nom devint "Avraham", père d’une multitude de nations. La valeur numérique du nom "Avraham" est de 248, car seulement alors il fut pur et entier dans ses 248 membres et apte à recevoir Its’hak. (Midrach Tan’houma, Choftim 11)

 

La huitième épreuve : Avimélekh s’empare de Sarah

De nouveau, comme avec Pharaon, Avimélekh et tous les membres de sa maison reçurent de lourds châtiments : ils furent frappés par la lèpre, tous les vaisseaux de leur corps s’obstruèrent, les femmes enceintes s’arrêtèrent de mettre au monde leur enfant même si le moment était venu, jusqu’aux poules du palais qui ne pondirent plus d’œufs. (Traité Baba Kama, 92a)

Afin de s’accorder les bonnes grâces d’Avraham, Avimélekh lui remit de nombreux présents et lui demanda de prier pour sa guérison et celle des membres de sa maison. Et ainsi, « Avraham pria D.ieu, D.ieu guérit Avimélekh et sa femme et ses servantes, ils enfantèrent ».

 

La neuvième épreuve : Le renvoi d’Hagar et d’Yichmaël

Quand Its’hak grandit, Sarah, sa mère, vit qu’Yichmaël complotait contre lui, essayait de le tuer et de l’inciter à fauter. Cela le mettait en danger au niveau spirituel et au niveau physique. Ainsi, elle pria Avraham de renvoyer immédiatement Yichmaël et Hagar, sa mère, et de rédiger un acte dans lequel était stipulé que tout ce qu’Hachem lui avait promis revenait à Its’hak seul. Hachem approuva Sarah et dit à Avraham : « Tout ce que Sarah te dira, écoute sa voix ! » 

Avraham Avinou ressentit cette épreuve comme étant une des plus difficiles de toutes celles qu’il eut à subir. Pourtant, il s’empressa d’obéir à la volonté d’Hachem. « Avraham se leva de bon matin, il prit du pain et une cruche d’eau, les donna à Hagar, [les] mit sur son épaule, ainsi que l’enfant, il la renvoya ». (Béréchit 21, 14)

Avraham Avinou eu le mérite de voir son fils Yichmaël faire Téchouva de son vivant. (Traité Baba Batra, 16b)

 

La dixième épreuve : Le sacrifice d’Its’hak

Elle fut la plus difficile de toutes. Avraham Avinou montra une abnégation absolue à l’égard de la volonté d’Hachem, même si cela allait littéralement à l’encontre de sa nature et de tous les principes de générosité qu’il diffusa dans le monde. En surmontant cette épreuve, il laissa l’empreinte, dans toutes les générations futures, de ce pouvoir exceptionnel de dévouement pour la volonté d’Hachem. « Ils allèrent tous deux ensemble ». Celui qui faisait le sacrifice ressentait une joie identique à celui qui allait être sacrifié. Avraham était heureux de lier son fils sur l’autel et Its’hak d’être celui qu’on ligotait. Avraham était heureux d’immoler son fils et Its’hak d’être celui qu’on immole. (Psikta Rabbati 40, 43)

« Avraham "envoya" sa main ». Avraham tendit sa main pour se saisir du couteau, alors que de ses yeux coulaient des larmes qui tombaient sur ceux d’Its’hak, les larmes de compassion d’un père. Et malgré cela, son cœur était rempli de la joie d’avoir accompli la volonté de son Créateur. (Midrach Béréchit Rabba 56, 8)

Au moment où Avraham s’apprêta à poser le couteau sur le cou de son fils, les anges se mirent à crier vers Hachem : « Où est la récompense d’Avraham pour tous ces voyageurs qu’il a rapprochés de Toi et auxquels il a fait connaître Ta croyance ? Où est donc son salaire pour tous ces invités, venant de toutes parts, qui passaient la nuit et se restauraient gratuitement dans sa demeure, afin que Ton nom soit grandi et béni dans le monde ? As-Tu rompu la promesse que Tu avais faite à Avraham "Mon alliance, Je la maintiendrai avec Its’hak" ? Le couteau est déjà sur son cou, jusqu’à quand vas-Tu attendre ? » 

Immédiatement, Hachem s’adressa à l’ange Mikhaël : « Que fais-tu debout ? Ne lui permets pas d’égorger son fils ! »

Le couteau qui se trouvait dans la main d’Avraham se détériora sous l’effet de trois larmes qui coulèrent des anges de service. Avraham pensa étrangler son fils au lieu de l’égorger afin d’accomplir l’ordre reçu. L’ange lui dit : « N’envoie pas ta main ! »

Avraham demanda à l’ange : « Qui es-tu ? » Il répondit : « Je suis un envoyé du Maître du monde ». Il lui dit : « Peut-être es-tu le Satan et tu désires me tromper afin que je passe outre la volonté de mon Créateur ? » Il lui dit : « Je suis celui qui t’a annoncé la nouvelle de la naissance de ce garçon, qui t’a dit « Revenir, je reviendrai vers toi », maintenant Hachem m’a confié pour mission de sauver ton fils unique ». (Midrach Béréchit Rabbati 22, 2)

 

Le bélier d’Avraham

« Avraham leva les yeux, il vit, et voici un bélier, après, accroché dans la broussaille par les cornes. Avraham alla, prit le bélier, l’offrit en holocauste à la place de son fils ». (Béréchit 22, 13)

Ce bélier, qu’Hachem avait préparé pour Avraham afin qu’il le sacrifie à la place de son fils, avait été créé déjà depuis les six jours de la Création, la veille de Chabbath. Il était prêt pour Avraham Avinou. (Pirké Avot 5, 6) 

A présent que son moment était venu, il courut vers Avraham afin qu’il l’immolât à la place de son fils. Cependant, le Satan se tenait là et l’écartait afin d’annuler l’offrande d’Avraham. Le bélier s’enchevêtra dans un arbre et ses deux cornes s’accrochèrent dans les branches. Que fit-il ? Il étendit ses pattes vers le vêtement d’Avraham. Celui-ci regarda derrière lui, vit le bélier, le délivra et l’offrit en sacrifice. (Yalkout Chim’oni Béréchit 22, 101)

 

Avraham Avinou, un pilier de bonté 

Avraham Avinou, pilier de bonté, donnait sans retenue, avec une générosité débordante, aussi bien au niveau spirituel que matériel. Il offrait l’hospitalité à ses invités en leur présentant ce qu’il y avait de meilleur et en même temps diffusait la connaissance d’Hachem dans le monde entier.

 

L’hospitalité et savoir faire mériter son prochain

Sa disposition pour la Mitsva d’hospitalité était sans limites. Il avait ouvert sa tente aux quatre coins afin que tous les voyageurs puissent y pénétrer facilement. Il recevait chacun avec de grands honneurs, les nourrissait et les hébergeait avec largesse. En même temps, il diffusait la parole d’

Lois & Récits de SOUCCOT

Lois & Récits de SOUCCOT

Comprendre le sens et appliquer les mitsvot de la fête de Souccot (fête des cabanes) et de Sim'hat Torah. Récits du peuple juif au temps du Beth-Hamikdach, lois du Etrog, de la Soucca,...

Cliquez-ici pour en savoir plus et feuilleter un extrait

Avez-vous aimé ?