Il est conseillé de garder les Aravot (feuilles de saule) utilisées pendant la fête de Souccot, celles-ci ont quelques propriétés intéressantes, appelées "Ségoula" :

1. Pour avoir des enfants

Faire cuire les feuilles de saule avec lesquelles on a frappé le sol à Hocha’ana Rabba, et le couple stérile boira de cette eau. L’allusion : le terme hébraïque « Arava » a la même valeur numérique que « Zéra’ » (une descendance).
 

2. Pour la protection

Les feuilles de saule avec lesquelles on a frappé le sol à Hocha’ana Rabba possèdent une propriété de protection pour le voyageur. On prendra quelques-unes de ces Aravot lorsqu’on voyage, ou alternativement on saura précisément où sont déposées ces feuilles à la maison, et, en cas de danger en chemin, on se souviendra du lieu où elles sont déposées, et on échappera au danger. Tout homme a intérêt à placer dans sa voiture quelques feuilles d’Arava.

On raconte que le Rav Méir Sim’ha Hacohen, l’auteur du Or Saméa’h, distribua ses restes d’Arava aux soldats juifs enrôlés dans l’armée pendant la Première guerre mondiale. On sait par des témoins fidèles que toutes les personnes ayant pris de ces Aravot ont été sauvé par des miracles dévoilés, et tous sont rentrés chez eux en bonne santé.
 

3. Contre la peur

Les feuilles d’Arava utilisées pour être jetées à terre ont également le pouvoir d’éliminer la peur éprouvée devant autrui. Si on est perturbé par des mauvais rêves effrayants, on posera ces feuilles sous l’oreiller. le livre du Tanya écrit : c’est une bonne coutume de déposer les Aravot après avoir été jetées au sol près de la tête du lit pour apprécier la Misva.


4. Contre les insomnies

Certains prennent les feuilles de saule (Arava) du Loulav, ou ce qui en reste une fois que les feuilles de saule ont été frappées au sol, et les placent sous l’oreiller, comme Ségoula pour un bon sommeil ou pour aider ceux qui ont des troubles du sommeil. C’est une allusion à : « Véchakhavta Véaréva Chénatékha » « Tu te coucheras et goûteras un doux sommeil » (Michlé 3, 2).