Question de Léa B. :

Bonjour Rav,

Je sais que la Torah traite d'énormément de sujets, et je souhaiterais savoir si elle traite également de celui de la nutrition, ou plutôt celui d'une nutrition saine et correcte ?

Merci beaucoup.

Réponse de Rav Daniel ZEKRI :

Chalom,

Les lois alimentaires, connues depuis la révélation de la Torah sur le mont Sinaï, sont basées sur le principe de l'éveil de la conscience à la spiritualité par le "manger saint".

Dans cet état d'esprit, la Torah interdit la consommation des animaux impurs, ce qui permet à l'homme d'acquérir une pureté de l'esprit.

A cette sanctification du contenu de l'assiette doit se joindre une hygiène de vie de celui qui mange, par une retenue dans son comportement.

Les Sages enseignent que depuis la destruction du Temple, notre table fait office de Mizbéa'h (autel) d'autrefois, et que c'est avec ce même recueillement qu'un juif doit se mettre à table.

S'agissant de manger pour en retirer les forces nécessaires à notre vie et au service de D.ieu, il faut que l'energie qu'elle contient soit positive et qu'elle contienne le verbe divin, au point que nos Sages enseignent que la prière de celui qui mange non Cachère, même involontairement, ne saurait monter devant D.ieu.

Les principes de la diététique juive ont étés conçus pour aider l'homme à contrôler ses instincts naturels. Il lui faut pour cela prendre soin de son corps, vêtement de l'âme, par une alimentation sainte et saine. Une limite est cependant donnée : se borner à ce qui est le plus utile et avoir en vue le seul besoin de se nourrir, et non le plaisir de la table pour le plaisir uniquement. Il est pour cela conseillé de ne manger que si l'on a faim, et non pour se remplir le ventre au point de ne plus pouvoir bouger.

Il est aussi recommandé de ne pas parler en mangeant, pour ne pas faire de fausse route alimentaire ou de s'étrangler avec une arrête de poisson ou autre.

Enfin, il est recommandé de faire une introspection avant le repas au cas où un besoin naturel se ferait sentir et qu'il serait nécessaire de soulager avant le repas. Le Talmud nous enseigne en effet que celui qui mange avant de s'être soulagé ressemble à un four que l'on aurait bourré de combustible avant de le vider.

Cette hygiène corps-âme commence dès le plus jeune âge, et conditionne le développement harmonieux des facultés spirituelles de l'enfant. C'est pourquoi nous veillons dès que possible à ce que l'alimentation de nos enfants soit en conformité avec les exigences alimentaires contenues dans la Torah et enseignées par nos Sages.

N'oublions pas le fameux adage : nombreux sont ceux qui creusent leur tombe avec leur fourchette...

Dans ces conditions, comme le précise le Rambam dans ses conseils sur la diététique, celui qui respecte ces règles se voit protégé des maux le privant de ses facultés et verra sa vie s'allonger dans ce monde et acquerra sa part dans le monde à venir.

Que D.ieu vous bénisse d'être en bonne santé pour de nombreux et bons jours.

Kol Touv.

Les 10 dernières questions

Découvrez les 10 dernières questions posées aux Rabbanim de notre service "Question au Rav", qui permet à chacun de recevoir une réponse dans n’importe quel domaine du Judaïsme, en quelques jours.

Poser une question à un Rav