Paracha Béhar
Prochaine fête : Lag Baomer (ce soir)
Contactez-nous
Projet dédié par un généreux donateur
Projet dédié par un généreux donateur

18 Avril 2019 - 13 Nissan 5779

Zmanim Paris

Aube - Alot haCha'har05:09
Début mise des Téfilines et Chéma05:48
Lever du soleil - Nets ha'Hama06:55
Fin du 1er Zman du Chéma (Maguen Avraham)09:30
Fin du 2ème Zman du Chéma (Gaon de Vilna)10:22
Fin 1er Zman de la Téfila10:57
Fin 2ème Zman de la Téfila11:31
Mi-journée - 'Hatsot13:50
Min'ha Guédola14:25
Min'ha Kétana17:54
Plag Hamin'ha19:20
Coucher du soleil - Chkiya20:46
Apparition des étoiles - Tstèt haKokhavim21:34
Nuit selon Rabbénou Tam22:33
Mi-nuit - 'Hatsot halayla01:50

Daf Hayomi

Michna Yomit

Sanhédrine 8-3

Hiloulot du jour

  • Rabbi Yossef Karo (Choul'han 'Aroukh)
  • Rabbi Mena'hem Mendel (Tséma'h Tsédek)

Limoud au féminin

Etude n°221

Histoire Juive

18-04-1389
3000 Juifs de Prague sont massacrés.

Moussar du Jour - 13 Nissan

Nos Sages nous enseignent que le mot hébreu désignant l’Egypte « mitsrayim » peut se décomposer de la manière suivante « metsar yam ». Le concept de « mestar » renvoie à l’idée d’étroitesse, de contraction, comme si l’Egypte se caractérisait par l’étroitesse et le rigidité de ses frontières.

Et, de fait, l’Egypte représentait une forme d’asservissement spirituelle caractérisée par son étroitesse, et sa prétention à l’auto-suffisance. Cette arrogance, c’est bien sûr celle de Pharaon qui se considérait à l’égal d’un d.ieu et prétendait s’être « créé » lui-même. (Mikhtav Me Eliahou, R. E.E Dessler)

En outre, cette servitude spirituelle caractérisée par l’étroitesse évoque également l’étroitesse d’esprit, c’est-à-dire l’incapacité à sortir des données matérielles, l’incapacité à se projeter dans le futur, et à faire preuve d’imagination. Or l’imagination est précieuse dans le travail spirituel, elle permet de ne pas rester enfermé dans le réel, mais de pouvoir toujours imaginer un avenir meilleur, de se fixer une ambition élevée de progrès et de raffinement personnel. Rappelons cette belle expression de R. Simha Zissel « la différence entre le tsadik et le racha’, c’est l’imagination ».

Or, l’Egypte a ceci de spécifique qu’elle est abreuvée par le Nil qui lui donne l’illusion de l’auto-suffisance et la tentation de se couper du monde. En miroir, la terre d’Israël a un besoin vital de la pluie et perçoit naturellement sa dépendance vi-à-vis du Créateur.

Aussi, ce sont deux conceptions du monde qui s’affrontent ici et dont témoigne le nom même de « mitsrayim ». [Jerome Touboul]

Haut de page