Comment comprendre la phrase de Guemara "Là où se tiennent les baalé téchouva, même les justes parfaits ne peuvent pas se tenir" ? Est-ce simplement un encouragement pour les baalé téchouva, ou est-ce une vérité absolue ?