A l'occasion de la Hiloula (jour anniversaire de décès) de notre maître Rabbi Dov Ber de Mézéritch, l'équipe Torah-Box est heureuse de vous faire découvrir très brièvement son parcours de vie. Celui qui parle du Tsadik de jour de sa Hiloula, celui-ci priera pour lui ! Allumez une bougie et dites "Likhvod Rabbi Dov ber de Mézéritch, zékhouto taguèn 'alénou" puis priez. Que son mérite protège tout le Klal Israel, Amen !

Rabbi Dov Ber de Mézéritch, plus connu sous le nom du "Maguid de Mézéritch" (surnommé également « le grand Maguid » ou « Rabbi Ber ») est né dans la localité de Lukats en 1710, près de la ville de Rivne. Dès son enfance, il fut reconnu comme un génie, et son père, Rabbi Avraham, l'envoya étudier la Torah dans la Yéchiva Guédola de Rabbi Ya'acov Yéhochoua Falk dans la ville de Lviv.

Après son mariage, il s'installa dans le village avoisinant de Torczin où il assuma la fonction d'enseignant. À cette période, il approfondit ses connaissances en Kabbale en se plongeant dans les écrits du Ari et mena une vie d'ascète.

Plus tard, Rabbi Ber devint Maguid, il donnait des cours dans le district de Podolie. En raison des mortifications et des jeûnes dont il avait l'usage, sa santé se dégrada, et il semble qu'en conséquence, il rendit visite au Ba'al Chem Tov, connu pour être un homme doté de facultés de guérison par le biais de l'usage de talismans et de Noms saints.

Au départ, le Maguid s'opposa au mouvement de la 'Hassidout, mais suite à sa rencontre avec le Ba'al Chem Tov, il se rapprocha de lui et devint son élève le plus proche et le plus important. Il semblerait que le Ba'al Chem Tov, de son vivant, visait le Maguid comme successeur, en vertu de ses talents rhétoriques notamment.

Après le décès du Ba'al Chem Tov en 1760, Rabbi Dov Ber devint son remplaçant. Le Maguid s'établit dans la localité de Mézéritch qui devint le centre du mouvement de la 'Hassidout. Sous sa direction, les élèves diffusèrent, mandés par le Maguid, le mouvement de la 'Hassidout dans toute la Pologne. Ce mouvement se répandit et acquit de nombreux élèves et admirateurs.

Rabbi Dov Ber n'élabora pas sa conception de manière méthodique et ne la mit pas par écrit, mais il encouragea ses élèves à écrire et à diffuser ces enseignements. Après son décès, ses écrits furent compilés à partir des manuscrits retranscrits par ses élèves.

Le Maguid se consacra beaucoup au thème de la présence de D.ieu dans le monde, à la manière dont elle est présente dans toutes les strates de la réalité. D'après sa théorie, le rôle de l'homme consiste à dévoiler le principe divin infini qui existe dans la réalité matérielle et de le faire remonter vers le monde du spirituel. Afin d'éliminer l'illusion de la séparation entre le matériel et le spirituel, l'homme doit aspirer à vivre une Dvékout, un attachement, une union entre la conscience et le sentiment avec la présence divine.

Contrairement à son Rav, le Ba'al Chem Tov, le Maguid était connu pour être plus renfermé et contemplatif, et il fréquentait peu de monde. La ferveur du Maguid se manifestait moins de manière extatique et visible, mais plus dans la profondeur et la conscience de l'esprit humain. Le Maguid compare sa relation à D.ieu au divertissement d'un petit enfant aimé par son père. Un groupe d'érudits de haut niveau se joignit au Maguid, dont une partie occupait des postes rabbiniques et toraniques en divers lieux. Les élèves du Maguid diffusèrent la 'Hassidout dans toutes les localités juives d'Europe de l'est, et en firent un mouvement dominant.

Parmi les élèves célèbres du Maguid, on compte les frères Rav Chmelké de Nikolsburg, Rav Pin'has de Francfort, Rabbi Chnéor Zalman de Ladi, fondateur de la 'Hassidout de 'Habad, les frères Rabbi Zoucha d'Anipoli et Rabbi Elimélekh de Lizensk, Rabbi Aharon le grand de Karlin, Rabbi Lévi Its'hak de Berditchev et de nombreux autres.

Rabbi Dov Béer n'eut qu'un fils unique, surnommé Rabbi Avraham l'ange, qui fit également office de Rabbi après la mort de son père, le 19 Kislev 5533 (1772).

Un matin, le Maguid de Mézritch désira s'immerger au Mikvé. En sortant de chez lui, il vit que de la glace recouvrait la terre au point que le sol était devenu glissant et la route était devenue impraticable. Le Maguid ne sut que faire, et au final, il décida de ramper sur les pieds et les mains vers le bain rituel. Lorsqu'il s'assit au sol et commença à ramper, la terre s'assécha immédiatement et il n'y avait plus de trace de givre ou de glace.

C'était l'œuvre du Satan qui voulait le tester pour voir s'il allait se renforcer dans son service divin, et réunir ses forces contre les obstacles qui entravent sa ‘Avodat Kodèch.

Le Maguid se leva et marcha en direction du Mikvé.

En chemin, le Satan lui rendit visite et lui dit : « Rabbi, sache que tu as toute mon estime, car j'ai vu que l'épreuve que je t'avais envoyée n'a rien donné, et je t'ai dérangé pour rien dans ton service divin. »

Le Maguid lui répondit de suite : « Pervers ! Je sais très bien ce que tu essaies de faire : que je devienne arrogant. File de suite !" Que le pied de l’orgueil ne m’atteigne point". Quant à toi : "L'Eternel te réprouve, ô Satan" ! ». Sur ce, le Satan se hâta de partir.

Cliquez-ici pour demander une bénédiction en l'honneur de Rabbi Dov Ber DE MEZERITCH