Question de Anonyme :

Bonjour Rav,

Je ne trouve pas de Juif pour vendre mon appartement.

Puis-je le vendre à un non-juif ?

Merci d'avance.

Réponse de Rav Its'hak SILVER :

Bonjour,

L’une des meilleures richesses qu’une personne puisse posséder est un bon voisin, et l’un des dégâts les plus sévères qu’une personne puisse provoquer à autrui est de le priver de cette richesse. De là, on a l’interdiction de vendre ou de louer une maison, un appartement ou un champ à un non-juif si la propriété est contiguë à celle d’un Juif. Si quelqu’un néglige cette Halakha et vend ou loue une telle propriété à une telle personne, il est mis halakhiquement au ban de la communauté jusqu’à ce qu’il accepte de compenser le voisin juif pour tout dégât qui pourrait résulter de son nouveau voisinage. Si l’acheteur ou le locataire non-juif provoque un dommage de n’importe quelle manière interdite par la Halakha, le vendeur doit payer les dommages. Certaines opinions maintiennent que cette obligation ne s’applique qu’au dommage provoqué après que la Chamta (bannissement halakhique) ait pris effet.

Si le propriétaire ne trouve pas de client juif pour acheter ou louer la propriété au prix offert par le non-juif (en supposant que le prix proposé par celui-ci soit raisonnable et non exorbitant), il n’est pas obligé de vendre son bien ou le louer à un Juif à un prix plus faible et subir ainsi une perte.

La question de savoir si ces mêmes principes s’appliquent à la vente ou la location d’un appartement ou d’une maison d’un Juif non observant dans un quartier ‘Harédi ou une zone qui est Mit’hared (en cours d’être habitée par des Juifs religieux) est discutée dans les publications halakhiques actuelles, et doit être jugée par un décisionnaire au cas par cas.

Kol Touv.

Les 10 dernières questions

Découvrez les 10 dernières questions posées aux Rabbanim de notre service "Question au Rav", qui permet à chacun de recevoir une réponse dans n’importe quel domaine du Judaïsme, en quelques jours.

Poser une question à un Rav