Je suis mariée et j'ai 3 enfants et je ne trouve pas ma place au sein de ma propre famille : j'ai l'impression de n'avoir aucune autorité auprès de mes trois enfants et j'ai l'impression que mon mari ne m'écoute jamais (ou plutôt qu'il écoute tout le monde sauf moi !). Côté travail, ce n'est pas mieux. Je suis toujours en retrait, j’évite les conflits, je n'arrive pas à trouver ma place. Je n’ai aucune confiance en moi... Comment casser cet engrenage ?

Réponse de Mme Nathalie Seyman

La confiance en soi est l'une des qualités les moins bien réparties ! Si certains en ont beaucoup trop, d'autres en manquent cruellement. Et malheureusement, le manque de confiance en soi est un obstacle majeur à une vie épanouie. D’où cela vient-il ? Quelles répercussions cela peut-il avoir sur votre vie ? Et surtout, comment reprendre possession de son image, de sa vie ?

Les causes

Tout d’abord, il faut savoir qu’on ne naît pas avec un manque de confiance en soi. C’est à travers notre enfance et nos diverses expériences de vie que l’on consolide notre confiance en nous-mêmes ou qu’on la perd peu à peu. Evidemment, l’attitude de nos parents aura un rôle déterminant dans cette acquisition. Trop ou trop peu d’autorité, trop d’exigence ou pas assez, des paroles destructrices : « tu es nul », « tu n’as pas intérêt à échouer » répétées à foison, sont autant d’éléments qui feront pencher la balance. Les parents, durant la grossesse, se créent une image idéale et projettent leurs rêves sur leurs enfants. Par la suite, ils se rendent compte qu’ils ne sont pas tels qu’ils les avaient imaginés et que l’enfant a ses propres rêves, ses propres facultés. Ils peuvent en ressentir de la déception qui sera ressentie par leur progéniture qui n’aura alors qu’une idée : s’effacer ! Et c’est ce qu’il essaiera de faire pour chaque acte de sa vie, même anodin.

Parfois, il arrive que nous perdions la confiance que nous avions bâtie durant notre enfance à cause d’une succession d’échecs ou d’épreuves. Il est important de connaître et d’identifier les causes qui nous amènent à perdre notre confiance en soi, car ce sera un premier pas pour la regagner.

Les conséquences

Les conséquences principales d'un manque de confiance en soi sont :

- Le sentiment d’infériorité : Vous avez l’impression de valoir moins que les autres. Le problème c’est que les autres nous voient comme nous nous voyons nous-mêmes ! Si vous avez l’impression de ne pas exister, si vous vous effacez, alors les autres ne peuvent pas vous voir ni vous entendre ! C’est peut-être ce qu’il se passe avec votre mari. Vous essayez de parler, mais vous n’avez tellement pas confiance en ce que vous dites que vos paroles n’ont pas de poids, et, de ce fait, il n’en perçoit pas l’importance.

- La peur de la critique : Le fait de ne pas avoir confiance en vous fait que vous vous occupez trop de ce que pensent les autres. Ainsi, vous n’osez pas, et si l’on n’ose pas, alors on n’avance pas ! En particulier dans le monde du travail. Et, par conséquent, il y aura toujours des gens qui en profiteront pour vous passer devant. Il faut être conscient que si vous n’imposez pas votre place, alors personne ne vous en donnera une. Si vous ne parvenez pas à prendre de décision, si vous hésitez fréquemment, quitte à vous taire pour ne pas vous opposer aux autres, alors personne ne pourra vous faire confiance.

- L’incapacité de vous affirmer : Cette incapacité à vous imposer vous apporte tout son lot de colère et de ressentiment, sans oublier que vous allez vous enfermer dans une bulle de négativité. Vos enfants ressentent un flou autour de vous tant votre image de vous-même n’est pas solide. Et comme tous les enfants qui trouvent une ouverture, ils en profitent. Si vous-même doutez de vous, alors ce sera forcément aussi le cas des autres, et même de vos enfants !

- Le perfectionnisme : Pour pallier ce manque d’estime de vous-même, vous vous mettez la barre trop haute afin que l’on vous remarque par vos réalisations. Objectifs donc difficilement atteignables, ce qui nourrit le cercle vicieux de votre baisse d’estime.

- La victimisation et la culpabilité : Vous en voulez aux autres de ne pas vous faire une place, mais vous savez au fond de vous-même que vous y êtes pour quelque chose. Mais vous sentir victime vous permet quelque part d’éviter de vous remettre en question et de rester dans votre « zone de confort » en restant invisible.

Les solutions

Sachez une chose : la confiance en soi, ça se travaille ! Avec quelques exercices et conseils, vous pourrez sans problème reprendre votre vie en main.

Pensez de façon positive : répétez-vous « je peux y arriver » ou « je suis quelqu’un de bien ». Dans chaque situation, chassez les pensées qui pourraient vous dévaloriser et adressez-vous un message bienveillant tel que je suis aimée, je suis belle, je suis compétente. En bref, parlez-vous à vous-même comme vous voudriez que l’on vous parle ! Même si cela ne se passe que dans votre tête, c’est un premier pas. Et n’ayez pas peur des échecs. Tournez-les même de façon positive : « au moins j’ai essayé », « je sais maintenant à quoi m’attendre, la prochaine fois sera plus facile » etc.

Affirmez-vous : Le manque de confiance en soi provient aussi de l’impossibilité à vous affirmer, à dire ce que vous pensez ou ce que vous ressentez. Aussi, il vous faudra pratiquer chaque jour ! Au début, cela sera très difficile, voire une torture, vous vous sentirez ridicule, vous rougirez, etc. Mais, petit à petit, cela portera ses fruits de façon spectaculaire. Lancez-vous des challenges ! Par exemple, forcez-vous à regarder les gens à qui vous parlez dans les yeux sans détourner le regard, obligez-vous à parler en public, même pour dire quelque chose d’insignifiant, imposez-vous à dire ce que vous pensez au moment où vous le pensez… Et tout cela avec une voix assurée. Dire ce que l’on pense, même si c’est négatif, ne fait pas de vous une mauvaise personne, mais au contraire, quelqu’un de plus respecté, car on peut mieux le cerner. Lorsque votre mari ne vous écoute pas, répétez-lui ce que vous désirez, calmement mais assurément. Vous pensez manquer d’autorité envers vos enfants ? Trouvez-les bons outils qui fonctionneront avec eux et transmettez avec confiance. Vos enfants ont besoin d’une personnalité à qui s’identifier. Vous êtes leur barrière de sécurité. Vous leur devez d’être solide.

Faites du sport : Cela pourra vous aider à chasser les pensées négatives en vous défoulant, et à rehausser votre estime en atteignant des objectifs sportifs.

Enfin, rappelez-vous que lorsqu’Hachem avait demandé à Moché de partir délivrer les Bné Israël d’Egypte, Moché avait refusé tant il ne s’en sentait pas capable. Son attitude suscita la colère d’Hachem, car il aurait dû croire en lui, c’est-à-dire croire que si Hachem lui confiait cette mission, c’est qu’il en était parfaitement à la hauteur. Il en est de même pour vous. Vous êtes à la hauteur, Hachem le sait, et bientôt, vous aussi le saurez !

Béhatsla’ha !

Si vous avez une question à poser à la psy, envoyez un mail sur l'adresse suivante entrefemmes@torah-box.com. Mme Seyman essaiera d’y répondre et la réponse sera diffusée de façon totalement anonyme.